Blender 2.46 : la version de la maturité

Joyeux anniversaire Blender. 8 mois après la 2.45 voici que sort la dernière mouture de Blender avant la grande mutation.

La 2.50 devrait arborer une nouvelle interface entièrement réécrite !

Mais pour l’heure, la 2.46 s’avère une des versions les plus abouties de Blender. Les nouvautés sont nombreuses et valent vraiment le coup d’oeil. Je vais exposer ici les plus intéressantes pour les architectes comme moi.

- Système de particules réécrit pour plus de rapidité à rendre l’herbe.
- Navigateur avec vignettes d’apercu des images et des matériaux. A terme il remplacera le classique sélecteur de fichier. Il permettra aussi d’avoir un aperçu des objets contenu dans un autre fichier Blender. Et donc d’avoir des bibliothèques d’objets faciles à insérer dans son projet. De même pour les matériaux où l’on pourra facilement se servir d’une bibliothèque de matériaux externe à la 3DSmax.

- Réflexions et transparences floues pour les vitres en verre sablé, le métal brossé…

- Rendu des matériaux en textures y compris la transparence alpha !
- Ombres douces pour tous les types de lampes.

- Couche Z-Mask pour pouvoir facilement précalculer un environnement et y inclure son projet au dernier moment.
- Les objets dupliqués ne consomment que la mémoire nécessaire pour l’objet original lors du rendu :)
- On peut ajouter du texte automatiquement aux images rendues : Fonction « étiquette ».

- On peut modifier précisément l’atténuation en distance de l’énergie des lampes.

- Les halos s’intersectent mieux avec les objets. Sympa pour les effets « néon ».

- Approximate Ambiant Occlusion (AAO) permet d’avoir un rendu d’Ambiant Occulusion très rapide et sans granularité sur les scènes épurées.

- Mode UVFace pour assigner précisément les textures aux faces fusionné dans le mode édition. C’est bien plus clair maintenant.
- Repères d’orientation personnalisés. A la manière du SCU sous Autocad, on peut créer un repère X, Y, Z à partir d’une face d’un objet.
- Accrochage des points en mode édition aux points des autres objets de la scène. Super pratique pour faire de la modélisation sans trous. On a maitenant un vrai Snap 3D des points. On peut s’aligner sur un point suivant les axes.
- Détermination automatique du nombre de processus parallèles à lancer lors du rendu en fonction du nombre de coeurs de votre processeur.
- Rendu en réseau d’une animation d’une simplicité enfantine. Simple mais efficace…
- Fonction « Automerge » qui fusionne les points dès qu’on les superpose afin de ne pas prerdre de temps à supprimer les points doubles par la suite.

Et pour la forme une petite vidéo de l’améloration effectuée sur la physique des vêtements.

3 thoughts on “Blender 2.46 : la version de la maturité

  1. Ludovic

    Waow, ça donne envie de se mettre à Blender !
    Je suis dégouté de ne pas pouvoir utiliser Sketchup maintenant que je suis sous GNU/Linux (Ubuntu).
    Franchement, Blender m’attire beaucoup, mais j’ai peur d’y passer des tonnes d’heures avant de pouvoir faire quelque chose d’intéressant…
    Bah, le tout c’est de se lancer.
    En tout cas, bravo pour ton excellent blog, simple, frais et accueillant, archi et libre. Tout ce que je recherche.

  2. jms

    « version de la maturité » ?
    Pas sûr. Beaucoup de nouveautés très pratiques, c’est certains. Mais surtout des modifications que rien ne justifie vraiment pour l’utilisateur de longue date. Quand on voit comment les anciennes procédures d’ajout et de création d’objet ont été modifiées. Même observation sur la création des cartes uv. Dire que c’est la version de la grande rupture serait plus juste.

Laisser un commentaire