Webmasters, arrêtez de faire le boulot de la NSA

Les journaux ont beau jeu de dénoncer l’espionnage des populations par quelques multinationales et Etats.
Pourtant derrière ce discours, les mêmes journaux livrent quotidiennement les données personnelles de leur lecteurs directement aux mains de ces mêmes multinationales du tracking et participent ainsi activement au fichage et profilage qu’ils dénoncent. Petit aperçu de la presse française :

Par exemple, sur Mediapart est bourré d’outils de statistiques, ce qui est bien étrange car il n’a aucune nécessité publicitaire :

  • Google (Analytics, Favicons,  Google+)
  • Facebook
  • Twitter
  • Xiti
  • Chartbeat

Sur Reflets.info, dont on ne peut nier la compétence technique :

  • Google (fonts)
  • WordPress.com Stats
  • Twitter

Sur Liberation.fr :

  • Chartbeat
  • SmartAdserver
  • Google (Google Tag Manager)
  • Xiti
  • Panoplie de sites publicitaires

Sur LeMonde.fr :

  • SmartAdserver
  • Chartbeat
  • Xiti
  • Yandex.ru
  • Panoplie de sites publicitaires

Sur leFigaro.fr :

  • Google (Analytics, Favicon)
  • SmartAdserver
  • Xiti
  • Facebook
  • Twitter
  • Panoplie de sites publicitaires

Sur l’Express :

  • Google (Analytics, API)

Sur le Nouvel Obs :

  • Google (Analytics, API)
  • Chartbeat
  • Twitter
  • Facebook
  • Xiti

Sur Numerama:

  • Google (Analytics, API, Google+, Google Tag Manager)
  • Twitter
  • Facebook
  • Xiti

Sur NextInpact (anciennement PCInpact), en étant logué comme abonné payant (et donc sans publicité):

  • Google (Analytics, fonts)
  • Xiti

Sur Korben :

  • Google (Analytics, Google Tag Manager)
  • Disqus
  • Panoplie de sites publicitaires

Je crois que ce serait bien plus efficace que chacun commence par balayer devant sa porte si on veut avancer vers un internet qui respecte la vie privée. Si vous connaissez des gens travaillant pour ces sites web, n’hésitez pas à leur demander des comptes.

C’est trop facile de faire une pétition qui n’a aucune chance d’aboutir (vous ne voyez pas que même un référendum, le pouvoir politique s’en cale) ou d’apposer une futile bannière « Reset the net » (on dirait du « green-washing ») pendant une journée.

Ce serait néanmoins dommage de terminer cet article sans rendre hommage aux bons élèves : Framablog, Sebsauvage, Standblog, Wikipedia

 

14 Comments

Add a Comment