Debian, bilan après quelques mois

Ca fait maintenant 5 mois que j’ai échangé ma Mandriva 2008.1 pour une Debian Lenny. Petit bilan.

La raison de cette migration tient à une volonté d’avoir un système robuste et d’une finition inégalée. Je me considère comme un utilisateur averti. Mandriva m’a rendu Linux accessible sans connaissances particulières. Néanmoins, chaque nouvelle version, tout en apportant plus de confort et de modernité laissait un arrière goût de précipité.

Je passe sur le site www.debian.org : poussiéreux, doc pas à jour… Ca donne pas vraiment envie, mais j’étais assez motivé donc j’ai quand même réussi à me renseigner sur l’installation de Debian.

Une des particularités de Debian est son système de publication de version.
La modèle de Mandriva fonctionne sur une version de développement (cooker) qui est gelée tous les 6 mois pour donner une version utilisateur final (2008, 2008.1, 2009, 2009.1 ,etc…).

Debian ne fonctionne pas sur des gels de version de développement à date fixe. Premièrement, il y a « experimental » où se fait le développement d’avant garde. Ensuite si paquet parait assez utilisable en production pour son développeur, il l’envoie dans « unstable » (appelée aussi sid). Si le paquet y survit une certaines durée (quelques semaines) sans anicroches, il est copié dans « testing ». Le but de « testing » est d’avoir le moins de bugs possible. Quand « testing » est considérée comme suffisamment non-buggée, elle est figée en version « stable » et le cycle de l’élaboration d’une nouvelle version « stable » recommence.

Ce modèle de développement valorise la fiabilité des logiciels car la version stable a subit une période de test assez poussée et s’engage sur un objectif de fiabilité contrairement aux versions à date fixe. Il me parait sain de penser qu’un système testé à peine 15 jours en version finale comporte nécessairement beaucoup de bugs non-encore décelés à sa sortie.

Bref, j’ai choisi la version « testing » (la version testing était en cours de gel) car les paquets n’étaient pas trop vieux pour moi (plus ou moins les mêmes que ceux de Mandriva 2008.1) et qu’elle allait bientôt passer en « stable ».

Installation depuis l’ISO netinstall (petit CD, téléchargement de la majorité des paquets depuis Internet). L’installateur (graphique) est plus ou moins comparable à celui de Mandriva excepté le partitionneur de disque qui n’a pas la simplicité de celui de Mandriva. Mieux vaut avoir déja savoir comment partitionner un OS linux… L’installation se fait sans autre soucis.

A l’utilisation, pas grand changements. La Lenny comporte des paquets de la même fraicheur que la Mandriva 2008.1, ce qui est parfaitement utilisable en tant que poste bureautique. Niveau stabilité, rien à dire. Ca ne bouge pas :p. C’est à dire, pas de nouveautés mais pas de plantage non plus. Compiz (le bureau 3d) marche parfaitement. Aucun d’écran noir à cause d’une mise à jour de noyau/xorg/nvidia à rapporter ce jour, c’est plutôt appréciable pour un utilisateur.

Ma plus grosse embuche à consister à utiliser mon scanner (J’étais habitué à la simplicité de Mandriva ;D )

Dans l’éternel troll sur le système de paquets Deb/RPM. Je dois avouer que les mises à jour sont plus rapides à effectuer sur Debian (paquets moins lourds à télécharger). Les descriptions des paquets et mises à jour sont bien présentes dans Synaptic (équivalent à Rpmdrake) et aucun paquet ne m’a été proposé avec une dépendance cassée. Le check des nouveaux paquets s’effectue seulement au rythme d’une fois par jour, ce qui est appréciable.
Par contre, je regrette le champ de recherche directement accessible dnas l’interface de rpmdrake.
A noter ce superbe site d’information sur les paquets.

A l’heure où j’écrit ces lignes, Debian Lenny vient de sortir en « stable ». Je la conseille aux utilisateurs avertis qui ne veulent plus se prendre la tête avec les mises à jours tous les 6 mois. Debian n’est plus aussi à la traine qu’on ne le pense.

Installation depuis le live CD ou la net-install.
Vous pouvez demander conseil sur le salon jabber debian-fr@chat.jabberfr.org et le forum debian-fr.net.

8 thoughts on “Debian, bilan après quelques mois

  1. Xavier

    ca semble interessant.
    maintenant, il y a toujours le dilème entre la volonté d’avoir les paquets « up to date » et la stabilité.

    Je me demande si on peu utiliser sans trop de problème la version Testing, unstable ou expérimental.

  2. Corbier

    Perso, j’utilise la version testing depuis environ 1 ans. Aucune problème a déclaré.

    Vous pouvez y allez c’est du bon !!!

  3. djib

    Tu trouves debian.org poussiéreux et pas à jour ? Ça m’étonne…
    Sinon tu as le wiki (wiki.debian.org) pour la documentation. Il est jeune mais commence à se remplir.

    Pour ce qui est de l’utilisation de Debian, je pense que la « stable » est plutôt réservée à une utilisation en serveur. Personnellement j’utilise Debian « sid » depuis 2003, sans avoir jamais rencontré de gros problèmes. Son nom « unstable » lui va assez mal dans la mesure où j’ai eu de manière très ponctuelle des programmes hyper instables, mais ça n’a jamais duré bien longtemps (1 ou 2 jours), et c’était toujours l’occasion de refaire un tour de l’existant et des alternatives. « sid » est agréable à utiliser car l’évolution du système se fait de manière complètement transparente, fluide et continue puisqu’il n’y a pas de versions successives, mais toujours une version assez récente.

    Je déconseille par contre fortement l’utilisation d’experimental qui est, comme son nom l’indique, parfois dans un état assez cahotique.

  4. Benjamin

    Je trouve cet article très intéressant :)
    Je suis actuellement sous Debian à l’école et sous Ubuntu chez moi. Pourquoi pas Debian chez moi ? Pour les jeux et tous les petits logiciels du genre…

    En effet, Debian est parfait pour une utilisation professionnelle ou pour un serveur, mais les sources ne comportent pas énormément de jeux et de logiciels de « loisir » (à mon goût).

    Je reste donc sous Ubuntu pour le nombre de paquets mais je préfère Debian pour la stabilité et le peu de mises à jour (ce qui est un avantage pour moi)…

  5. Yorik

    ça m’intéresserait bien de passer à debian (ubuntu commence à m’ennuyer avec ses nouvelles versions tous les 6 mois, ou malgré la possibilité d’upgrade, il vaut chaque fois mieux tout réinstaller)…
    testing m’a l’air d’avoir des paquets assez anciens quand même, non? (gimp 2.4 par ex.)… mais bon, c’est vrai, avoir une distro totalement stable ET up to date, c’est sans doute vouloir le beurre et l’argent du beurre…

  6. Christophe Gallaire

    Salut,

    J’utilise Debian depuis quelques années déjà et Lenny depuis octobre ou novembre 2007 ! Et je n’ai rencontré aucun souci majeur (Gdebi only mais bon rien de bien grave… un dpkg –unpack remplit cet office). J’ai complètement abandonné Ubuntu que j’ai suivi de la 5.10 à la 8.04. Au secours ! Version qui frise l’expérimental ! Notamment avec PulseAudio. Je ne veux de ça sur l’une de mes machines !

    Je passe par un sources.list à trois niveaux de préférences : stable, testing et expérimental, ce qui permet, au besoin d’avoir une version récente de tel ou tel logiciel. En pratique ce n’est jamais le cas.

Laisser un commentaire