Panopticon

Le panopticon est un type d’architecture carcérale imaginée à la fin du XVIIIe siècle. L’objectif de la structure panoptique est de permettre à un gardien, logé dans une tour centrale, d’observer tous les prisonniers, enfermés dans des cellules individuelles autour de la tour, sans que ceux-ci puissent savoir s’ils sont observés. Ce dispositif devait ainsi créer un « sentiment d’omniscience invisible » chez les détenus.

L’historien et philosophe Michel Foucault reprend le concept du Panopticon, en 1975, dans Surveiller et punir :

« Le vrai effet du Panopticon, c’est d’être tel que, même lorsqu’il n’y a personne, l’individu dans sa cellule, non seulement se croie, mais se sache observé. (…) Pas besoin d’armes, de violences physiques, de contraintes matérielles. Mais un regard qui surveille et que chacun, en le sentant peser sur lui, finira par intérioriser au point de s’observer lui-même : chacun, ainsi, exercera cette surveillance sur et contre lui-même. » […]


L’intérieur de la prison Presidio Modelo, à Cuba, construite sur le modèle du panoptique

C’est le même effet, à mon avis, que créent les croyances religieuses ou la surveillance électronique de masse.

J'aime(3)Ferme-la !(1)

Sarkozy a t il été financé par le dictateur lybien?

Daté du 10 décembre 2006, un document signé par Moussa Koussa, l’un des plus proches collaborateurs de Kadhafi, chef de ses services secrets extérieurs, acte « l’accord de principe » conclu afin « d’appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles Nicolas Sarkozy pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros ».

Ce document vient de subir une expertise juridique en graphologie qui authentifie sa signature. Et paradoxalement, aucun média hormis Mediapart n’en parle hormis Liberation. Pourquoi?

Sur BFM, on voit des articles sur la remontée de Sarko dans les sondages pour la présidence de l’UMP (il y a encore du monde pour supporter un mec qui a dépensé plus que le montant de la campagne (et laissé l’UMP payer les frais) et en plus utilisé l’UMP pour payer ses meetings en douce (et laissé l’UMP payer une deuxième fois)). Mais bon, en face, le chauve a été condamné à l’inéligibilité pour des emplois fictifs à la mairie de Paris. Hahaha. Quelle horreur. Et dire que c’est la crème de nos politiciens? Ou c’est la compétition des pires?

J'aime(3)Ferme-la !(0)

Big data ou Big brother

La Belgique va espionner la vie de ses citoyens pour voir si ils ne fraudent pas les aides d’Etat.

Le gouvernement va instaurer un système de transmission des données de consommation de gaz, eau et électricité. Si ces consommations sont anormalement élevées pour une personne, cela signifiera qu’il y a des soupçons qu’elle ne vit pas seule. Si les personnes ne consomment rien, ce sera le signe qu’elles ont une domiciliation fictive et qu’elles n’habitent donc pas où elles le prétendent.

Ceci est rendu possible car les données sur votre vie privée sont devenues faciles et peu chères à obtenir. Et quand on donne toutes ces données gratuitement dans les mains d’un seul homme, forcément il est tenté de s’en servir pour se rendre service.

Compteurs d’électricité, smartphones, carte bancaire, cartes de transports en commun, cartes de cantine, bracelet fitness, etc… Tous les objets connectés vont envoyer des données sur vous si nous n’y prenez garde.

Réveillez vous et dites non maintenant. Après, il sera trop tard, et vous serez dans la case automatiquement dans la case « suspect », « individu à risque », « refus d’information » ou que sais-je.

J'aime(4)Ferme-la !(0)

LuxLeaks

Pour résumer, l’Europe héberge un pays gros comme une ville (500’000 habitants) qui concentre 100’000 sociétés. Pourquoi? Parce que les conditions fiscales y sont plus qu’avantageuses.

Sont taux d’imposition sur les bénéfices des sociétés de 29.2% en fait déjà un pays de choix. (contre 33% en France, 35% au USA).

Mais il serait en plus possible de négocier des taux bien plus bas de l’ordre de 1% !

Selon le très sérieux bureau d’analyse économique américain, en 2011, les entreprises américaines ne déclaraient en moyenne que 2,4 % d’impôts sur leurs bénéfices au Luxembourg, bien loin des 29,2 % qui y prévalent officiellement.

D’après l’ICIJ, PricewaterhouseCoopers (PwC) aurait négocié des taux de taxations avantageux pour 58 entreprises françaises (dont les banques Crédit agricole et BNP Paribas et l’assureur Axa).

Amazon est lui aussi dans la ligne de mire du fisc français, qui lui réclame 200 millions d’euros d’arriérés d’impôts et de pénalités pour la période 2006 à 2010, contestant la manière dont l’entreprise présente son activité. Comme le détaille le site de BFM Business, et à la suite d’une audition musclée devant les parlementaires britanniques, Amazon a reconnu que son chiffre d’affaires effectivement réalisé en France en 2011 était de 889 millions d’euros. Huit fois plus que les 110 millions déclarés !

Plus c’est gros, plus ça passe.

Pourquoi laisse-t-on le Luxembourg dans l’Europe? Peut être parce que les autres pays font aussi de l’ « oprimisation fiscale » (autre nom pour signifier voler les pauvres).

Ainsi, la Belgique, un enfer fiscal pour les travailleurs, est un paradis fiscal pour le capital et les grandes entreprises, grâce, notamment, au mécanisme des «intérêts notionnels». Une étude réalisée en 2012 par le think tank Itinera a montré que le taux d’impôt sur les sociétés n’était pas de 33,9%, mais de… 9,8%. Citons aussi les Pays-Bas, très accueillants pour les holdings, ou encore le Royaume-Uni, l’un des champions de l’optimisation fiscale : ce pays abrite même l’un des paradis fiscaux les plus célèbres de la planète, les îles Caïmans.

Quant à la France, à l’avant-garde des pays réclamant une lutte sans merci contre l’évasion fiscale, elle n’est pas la dernière à offrir des conditions en or aux entreprises : les grands groupes, y compris français comme Total, parviennent sans difficulté à éluder totalement ou partiellement l’impôt sur les sociétés (IS) grâce à toute une série de niches… On peut notamment citer le crédit impôt recherche (CIR), qui permet de déduire des bénéfices 30% des dépenses de recherche jusqu’à 100 millions d’euros et qui permet à quelques grandes entreprises de se livrer à de très rentables montages fiscaux, ou encore les investissements dans les DOM-TOM, véritables paradis fiscaux. Et Paris ne recule pas devant les opérations ponctuelles, comme l’exonération d’impôts qui vient d’être accordée à l’UEFA sur les bénéfices (900 millions attendus) qu’elle tirera de l’Euro français de 2016.

Pendant ce temps, les petites entreprises locales meurent dans une compétition mondiale inégale.

Pour espionner un citoyen, besoin de personne (pas même d’un juge), par contre pour harmoniser la fiscalité en Europe, il faut l’unanimité des pays (… y compris des paradis fiscaux). Cherchez l’erreur.

Source : Mediapart, Luxleaks, Libération

J'aime(3)Ferme-la !(0)

l’Austérité, pas pour tout le monde

La France se lance comme tant d’autres pays dans une politique d’austérité qui touche les classes moyennes et basses en priorité. La cause à la crise qui réduit les rentrées des taxes. Mais pourquoi se concentrer à diminuer les dépenses plutôt que de regarder où est passé l’argent qui ne rentre pas?

D’un coté les dividendes

Champions du monde des hausses de dividendes au deuxième trimestre (période où se concentre le versement de 40% des dividendes mondiaux annuels) : le Japon (18,5%) et l’Europe (18,2%). Soit des économies qui ont connu, respectivement, 1,5% et 0,1% de croissance en 2013, dont une récession de 0,4% pour la seule zone euro. Mieux, parmi groupes les plus généreux en Europe, on trouve les entreprises espagnoles (+75% de hausse), dont le pays fut en récession de 1,2% l’année dernière.

Dans le trio de tête européen, on trouve aussi et surtout la France… Les grands groupes hexagonaux ont ainsi augmenté leurs dividendes de 30,3% au deuxième trimestre sur un an, pour un total de 40,7 milliards de dollars. Un montant record sur le continent. Loin devant la première économie européenne, l’Allemagne (3,9% de hausse pour 33,7 milliards de dollars versés), ou encore le Royaume-Uni (+9,7%, 33,7 milliards). D’autant que les entreprises du CAC 40 avaient déjà augmenté de 4% les dividendes versés sur l’ensemble de l’année 2013.

Source Liberation

De l’autre des patrons fraudeurs

A peine 5000 agents contrôleurs du fisc pour 3,4 millions d’entreprises est pour ainsi dire, ridicule. 26.000 postes à la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP) ont été supprimés entre 2002 et aujourd’hui.

C’est ainsi que les caisses sociales enregistrent un manque à gagner d’environ 20-25 milliards d’euros de taxes qui sont dues par les entreprises.

fraude-cotisationsSource:  l’Humanité

Des riches fraudeurs

Les régularisations de 12 000 dossiers de comptes non déclarés sont en cours de traitement au ministère des finances.

Selon le nouvel ambassadeur de France en Suisse dans un entretien accordé à la radio télévision suisse (RTS), cité par l’AFP. « Les opérations de régularisation ont généré ou vont générer d’ici à la fin de l’année des rentrées fiscales d’environ 2 milliards d’euros pour 2014, et probablement une somme à peu près équivalente en 2015 »

Source Mediapart

Des hommes politiques voyous

Le député et maire UMP de Levallois-Perret, Patrick Balkany, est mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale », « corruption » et « blanchiment de corruption ». Le cabinet d’avocats « Claude et Sarkozy », dans lequel est associé l’ex-chef de l’Etat, paraît avoir prêté son concours juridique à ce montage illégal.

Il faut dire que son train de vie n’est pas vraiment compatible avec leurs revenus déclarés.

L’industriel belge George Forrest, révéle les pratiques suspectes de M. Balkany en Afrique, durant la période 2007-2012. Usant de la présence à l’Elysée de Nicolas Sarkozy, le député de Levallois-Perret a pu signer de juteux contrats à l’étranger, au grand dam de la diplomatie française… et du fisc.

« En septembre 2008, il [M. Balkany] m’a appelé en me disant qu’il avait une affaire intéressante à m’apporter, relate M. Forrest. Comme il voyait que je voulais investir dans l’uranium, il nous a apporté une affaire, Forsys Metals Corporation en Namibie. M. Balkany a obtenu de ce gouvernement qu’il ne s’oppose pas à la transaction. J’ai racheté Forsys pour 500 millions de dollars. Comme M. Balkany m’avait apporté l’affaire et que tout commissionnaire reçoit une commission, j’ai négocié avec M. Balkany à 1 %. On a arrondi à 5 millions de dollars ».

L’argent a été versé sur un compte à Singapour que Balkany se préserve bien de déclarer.

Source: LeMonde

Et des parlementaires qui ne donnent pas l’exemple

Faut il encore citer Jérôme Cahuzac, Yamina Benguigui, Jean-Marie Le Guen, qui dissimulaient plusieurs centaines de millers d’euros de leur patrimoines ou pire Thomas Thevenoud qui ne déclarait pas ses revenus depuis plusieurs années.

Nos représentants sont loin d’être propres. Une soixantaine de parlementaires dans le collimateur du fisc. Un responsable du ministère de l’économie lâchait cette remarque : « Les députés et les sénateurs sont des Français comme les autres. Nombre d’entre eux minimisent leur patrimoine, par négligence ou par calcul, mais sans dépasser les 5 ou 10 % de la valeur réelle. En revanche, ils sont quelques-uns à tenter sciemment de tromper l’administration. Et pas qu’un peu. »

J'aime(9)Ferme-la !(0)

Je casse, tu paies

La dernière guerre Israélo/palestinienne a fait 2 100 morts dans la bande de Gaza – essentiellement des civils – et 73 côté israélien, des soldats pour la quasi-totalité.

Et maintenant les citoyens de l’Union européenne vont dépenser 450 millions d’euros pour rebâtir en Palestine, sans broncher.

On se fout pas de notre gueule?

J'aime(8)Ferme-la !(1)

HADOPI est toujours là, et partie pour rester

Fleur Pellerin l’a annoncé mardi dans les colonnes du Monde : elle n’entend ni supprimer la Hadopi, ni transférer ses compétences au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), comme cela avait été imaginé par le rapport Lescure puis promis par Aurélie Filippetti. En clair, l’institution en charge de la riposte graduée n’est pas prête de disparaître.

La nouvelle ministre de la Culture a également insisté sur le fait que la priorité était « la lutte contre la contrefaçon commerciale, et notamment le renforcement des moyens juridiques et policiers contre les plates-formes de piratage, en partenariat avec les institutions européennes et judiciaires ».

On pouvait déjà lire cette intention dans la lettre que François Hollande avait écrite à l’ALPA à la veille de son élection.

je vous invite à visiter le site web de l’ Association de Lutte Contre la Piraterie Audiovisuelle , c’est l’avenir du contenu.

 

J'aime(3)Ferme-la !(0)

Blocage des sites web… encore !

J’entends que l’assemblée a encore voté pour le filtrage des sites web consultable depuis la France, sans décision judiciaire.

Premièrement, d’un point de vue technique, c’est chaud :

  • Le blocage par DNS est facilement contournable et ne concernera que ceux qui ne savent pas mettre « 8.8.8.8 » dans une case de Windows. Autrement dit, une efficacité si nulle que même un gamin de 12 ans saura la contourner sur son smartphone
  • Le blocage par DPI, plus efficace, coûterait 200 millions d’euros par an au contribuable. Pas sûr que ce soit politiquement acceptable vu le maigre bénéfice et surtout la conséquence que cela mettrait sur pied une infrastructure d’espionnage généralisé de toutes les communications des français.
  • Le blocage par IP, qui bloquerait tous les sites hébergés sur un serveur mutualisé. Sans parler que bloquer une IP dynamique bloquerait tous les utilisateurs qui récolterait après l’IP blacklistée.
  • Aucune solution technique pour pouvoir bloquer une page Youtube sans bloquer tout Youtube si Youtube n’approuve pas la demande de censure. (SSL masque l’adresse complète de la page web vue, bon courage)
  • Je n’ai même pas parlé des VPNs dont l’usage se généralise (entreprise, téléchargement, pays censurés, etc…)

Donc déjà là, on se dit que discuter du blocage des sites web dans une loi sans savoir si c’est possible, c’est comme décrêter qu’il faudrait arrêter l’air !

En plus, l’Etat voudrait faire cela sans contrôle judiciaire à priori. Quelle menace du pouvoir sur le citoyen !

Les sites web bloqués seraient consignés aux opérateurs soit par une liste confidentielle à l’abri du regard citoyen (bienvenue en pays totalitaire), soit par une liste publique (quel merveilleux annuaire!)

Il va falloir s’y faire, Internet n’est pas fait pour la censure. L’ère de l’ORTF est finie.

J'aime(4)Ferme-la !(0)