Lettre à mon député sur le projet de loi sur le renseignement

Bonjour,

Je suis désolé de devoir prendre de votre temps mais l’heure est grave. Le projet de loi sur le renseignement porté par Mr Urvoas va bientôt être voté et celui-ci me préoccupe énormément pour l’avenir de la démocratie en France. Aussi j’aimerais que vous votiez cette loi en pleine connaissance de ses enjeux :

1/ Cette loi ne pourra empêcher une simple attaque terroriste
Imaginez 2 secondes comment un attentat pourrait avoir lieu en France. Le nombre de lieux peuplés et libres d’accès ne manquent pas. Un étranger pourrait rentrer dans le métro parisien et laisser une valise piégée dans une rame. BOUM. Des morts en pagaille, une psychose massive chez les travailleurs et touristes en Île de France. A quoi pourrait servir cette loi dans ce scénario ? A rien.

Elle ne servira à rien contre le terrorisme car son champ d’action est limité à la France. Et quid des terroristes qui planifient leurs actions à l’étranger ?

Elle ne servira à rien, car elle ne résout pas l’accès libre pour les terroristes à de nombreux lieux peuplés. Donc de fait, tous les jours, les gens seront autant exposés au terrorisme qu’avant.

2/ Cette loi ne surveillera pas les terroristes
Quand vous avez voté la loi HADOPI, nous avions prévenu que les gens migreraient du peer-to-peer au téléchargement sur les sites étrangers. Résultat, les gens piratent toujours leurs films et un business des intermédiaires du piratage s’est développé et même fait fortune sur le dos des artistes (MegaUpload).

Le jour où cette loi passe. De nombreuses personnes, y compris les terroristes, vont s’acheter un abonnement VPN à l’étranger (5€/mois) et vous ne pourrez plus rien connaître de leur communications avec les boites noires prévues par cette loi.

5€. Voilà le coût de l’ « astuce » pour qu’un terroriste rigole de cette loi.

3/ Le terrorisme est un problème qu’il faut relativiser
Depuis 1995, et en comptant les attentats de Saint-Michel, il y a eu 38 morts sur 20ans à cause d’attentats terroristes en France (https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d’attentats_meurtriers). C’est ce coût qui est dans la balance face aux travers que cette loi va engendrer. Et nous sommes nombreux à dénoncer cet odieux paravent.

4/ L’espionnage économique est légalisé par cette loi.
Tous les services de cloud français deviennent en un jour des services à fuir pour toutes les sociétés étrangères. Pour les start-up françaises, qui voudraient lancer des projets concurrents à Google et Facebook, elles n’auront aucune crédibilité de préserver les données privées de leurs utilisateurs quand la loi du pays oblige de donner accès au gouvernement, sans passer par la Justice, aux données des utilisateurs. Dès lors, les start-up se monteront ailleurs et celles qui existent vont émigrer rapidement sous peine de perdre leurs clients.

5/ Le véritable effet de cette loi est de créer une « Police de la pensée »
Les gens pourront devenir suspects alors qu’ils n’ont effectués que des actions légales.
Communiquer en utilisant le chiffrement est légal et nécessaire. Vous le faites tous les jours quand vous utilisez un service bancaire ou envoyez un mot de passe en ligne. Vous vous attendez à ce qu’un pirate ne puisse vous voler votre argent ou votre mot de passe.

Donc les vrais critères de suspicion qui vous mettront sur la liste des suspects seront autres. Sûrement les sites que vous visitez par exemple.

Est-ce que vérifier une source d’information plutôt que se contenter du pseudo-reportage de 5sec de TF1 sur la situation au moyen orient fera de nous un suspect ?
Est-ce qu’avoir des opinions politiques différentes du gouvernement, et donc consulter des sites de l’opposition, fera de nous un suspect ?
Est-ce que promouvoir une sixième république qui donne moins de pouvoir au président, sera un motif d’atteinte à la république et aux intérêts de la nation ?
Est ce que s’intéresser de trop près à la corruption de grandes entreprises ou de politiciens fera de nous un suspect ?

A ces questions, les citoyens n’auront jamais de réponse, car les critères de suspicion (les algorithmes) sont tenu volontairement secrets.

Cette situation de méfiance va naturellement contraindre les français à avoir, en toute circonstance, et y compris chez eux, une « attitude politiquement correcte ». C’est une terrible restriction des libertés. Et la raison de cela est la simple absence de la Justice dans le mécanisme de surveillance.

L’opposition au « politiquement correct » sera légal, mais risqué. C’est ça la démocratie de demain ?

6/ Et nos enfants ?
Vous savez faire la différence entre la sphère privée et la sphère publique. Vous n’exprimez pas publiquement vos pensées les plus profondes. Vous faites des choses chez vous que vous n’assumeriez pas publiquement. Vous discutez avec votre famille de choses que vous ne voudriez pas révéler publiquement.
Vos enfants n’auront pas cette chance.

Tous qu’il feront sur Internet (et l’Internet des objets, c’est pour bientôt) sera analysé par le gouvernement, sera conservé, et pourra être retenu contre eux. Les errements de jeunesses ne leur seront pas accordés. Les interrogations « politiquement incorrectes » taboues. Et ces pensées refoulées, elle aboutiront à quoi à votre avis ? Votre enfant sera-t-il heureux de ne pas avoir pu poser les questions intolérables pour grandir ?

Aussi, je vous en conjure, ne transformez pas la France en prenant exemple sur la Corée du Nord.
Refusez ce projet de loi.
Demandez une vraie loi sur le terrorisme. Avec une étude qui mettent en face les risques, les moyens et l’efficacité.
Demandez le coût de l’analyse des données de ces boites noires et du suivi des suspects.
Demandez des mesures de sécurité, pour renforcer la défense des secrets français face à l’espionnage des pays « alliés » plutôt que d’introduire des failles informatiques qui vont encore accroître le risque de piratage des entrepreneurs français.

Merci de votre écoute.

J'aime(3)Ferme-la !(0)

Comptes en Suisse: la liste des parlementaires s’allonge

La Haute Autorité pour la transparence a saisi le parquet de Paris, vendredi 17 avril, du cas de Dominique Tian, soupçonné de déclaration de patrimoine mensongère. Ce député UMP a dissimulé un compte en Suisse. À Mediapart, l’élu affirme qu’il détenait environ 1,5 million d’euros, rapatriés en France en 2014.

Le grand œuvre de Dominique Tian, à l’Assemblée nationale, c’est un rapport au Karcher contre les fraudeurs aux prestations sociales, ceux qui grugent le RSA ou les allocations familiales, parfois pour 100 euros de plus par mois. Mais pendant qu’il réclamait, sabre au clair, plus de sanctions pénales contre ces tricheurs de seconde zone, le député UMP dissimulait un compte en Suisse, non déclaré au fisc, farci d’environ 1,5 million d’euros, si l’on en croit les chiffres fournis à Mediapart par l’intéressé lui-même. Aujourd’hui, Dominique Tian pourrait bien être rattrapé par la justice.

Source Mediapart

Article complet en PDF

Ça fait au moins 10 ans que le mec a placé et caché son argent en Suisse. On est vraiment des pigeons.

J'aime(4)Ferme-la !(0)

Loi 42

La loi 42, parce qu’elle utilise comme paravent les terroristes… qui n’ont fait que 42 morts depuis 1995 en France.

Le débat sur les amendements est en cours à l’assemblée nationale :
Texte du projet de loi (avant intégration des amendements)
Compte rendu des débats sur NextInpact. Merci à Marc Rees pour son travail.

Incroyable débat.
Des ministres qui disent ouvertement que les services de renseignements dépassent de leur attributions actuelles et effectuent des écoutes illégales (on aimerait en savoir plus)… mais en même temps nous assurent que les nouvelles règles seront respectées quand ils pourront écouter tout le monde sans bouger de leur chaise.
D’ailleurs l’autorité administrative n’aura aucun droit de veto.
Le pouvoir se gargarise de pouvoir enfin faire de l’espionnage industriel et de piller les secrets des pays « alliés ».
C’est immoral à souhait. Où comment introduire les pratiques illégales des autres dans notre droit.

Et les perles de notre gouvernement, du genre « piller la vie privée n’est pas une entrave aux libertés fondamentales ». Donc il n’y a pas de soucis, on y va… « Le but de cette loi est de récolter des preuves pour judiciariser les faits par le suite », ça pue !

Et Urvoas qui se garde bien de répondre aux questions précises du député Coronado sur « les intérêts majeurs de la politique étrangère » du temps ou Kadhafi était l’ami de la France.
Pendant ce temps, même les députés qui semblent soutenir un amendement par la parole ne le votent pas quand il est mis aux voix… A ne pas en croire ses yeux. Quelle scène de théâtre que notre république.

Nul doute que cette loi sera votée. :-/

J'aime(9)Ferme-la !(0)

Après il sera trop tard

Le gouvernement est à 2 doigts de légaliser la surveillance généralisée de toute la population. Ça va se passer dans 2 semaines. Après il sera trop tard.

Pour ceux que l’info aurait épargné, NextInpact explique ce projet de loi ligne par ligne.

Une fois le pouvoir avec ce joujou, sachez bien qu’il n’y aura pas de retour en arrière. Regardez le consensus des députés de tout bord politique pour voter cette loi.

Notez aussi que vous ne pourrez plus vous protéger. Quand un état a les moyens financiers pour acheter des failles 0-day, qu’il légalise leur usage pour lui uniquement et qu’il a un accès direct aux communications de tous vos appareils connectés à Internet (PC, smartphone et tout ce que l’avenir nous réserve… tv, voiture, maison, etc…), vous pensez bien que nos défenses font pale figure.

Imaginez le pire, une fois cet outil aux mains du FN…

Il restera bien quelques zones d’ombres pour les marginaux (utilisateur de Tor, personnes sans smartphone ni compte bancaire, etc…) mais qui est prêt à payer le coût social de cette marginalisation? Pour les terroristes, pas de soucis, ces zones d’ombres suffisent amplement.

Notez aussi que cela va créer un sentiment de prison chez tout le monde. Vous vous sentirez jugés à chaque instant. Et vous le serez. Et ce sera du jugement de masse par des algorithmes, sans fioriture. Un pas sur la ligne jaune et la machine se chargera de vous amener des emmerdes que vous voudrez éviter à tout prix.

Cela va augmenter encore le rapport de force des dominants (états, grand entreprises) sur les dominés (citoyen). Les dominants auront d’autant plus de moyens de pression sur les humains isolés. C’est la fin de la démocratie.

J'aime(10)Ferme-la !(2)

Quand les politiques demandent la censure, ca pue

Il y a un mois que le Parti socialiste a introduit dans le droit français la censure administrative contre les sites web, sans juge et d’après une liste noire dictée par le gouvernement et gardé à l’abri du regard du public.

Cette mesure a été votée en étant restreinte aux sites web complaisant avec les terroristes.

Mais déja, Christiane Taubira, ministre de la justice a proposé que les mesures de blocage ordonnées sans le contrôle d’un juge soient étendues aux sites racistes et antisémites, depuis une liste fixée par le ministère de l’intérieur.

Un député PS, Guy Delcourt, propose d’étendre le blocage administratif aux sites diffusant des contenus injurieux ou diffamatoires pour les élus. Il demande dans le même temps de basculer ces infractions dans le Code pénal afin de muscler la réponse judiciaire.

J'aime(7)Ferme-la !(0)

Faux électeurs : pourquoi a-t-il fallu attendre 17 ans pour une condamnation définitive des Tiberi ?

On ne peut pas dire que la justice est expéditive. Dans le cadre de l’affaire des faux électeurs du Ve arrondissement de Paris, il aura fallu attendre 17 ans avant une condamnation définitive de Jean Tiberi, l’ex-maire de Paris et de sa femme. Il est avéré aujourd’hui que lors des élections municipales de 1995 et des législatives de 1997, les listes électorales du Ve arrondissement de Paris comportaient environ 800 faux électeurs, qui n’habitaient pas dans l’arrondissement mais ont accepté de voter pour Tiberi en échange d’un place en crèche ou d’un logement social. Des faits pour lesquels Tiberi a écopé de 10 mois de prison avec sursis, 10 000 euros d’amende et 3 ans inéligibilité.

Mais pourquoi a-t-il fallu attendre 17 ans pour une condamnation définitive ? Car pendant 17 ans, au gré de la lenteur de la procédure, Jean Tiberi, aujourd’hui âgé de 80 ans, a pu continuer sa carrière politique : député jusqu’en 2012, il a été maire du 5ème arrondissement jusqu’en 2014. Autant dire que sa condamnation définitive arrive bien tard et n’aura pas beaucoup d’effet sur lui ni d’effet dissuasif pour les autres politiciens pourris.

Selon Le Canard enchaîné, cette lenteur est avant tout liée à la justice : « Ses avocats se sont montrés, il est vrai, assez habiles pour faire durer la procédure, reconnaît l’hebdomadaire. Mais les juges ont, eux-mêmes, beaucoup traîné la patte. L’instruction a duré huit ans. Il a fallu attendre quatre ans pour que s’ouvre le procès en correctionnelle, puis de nouveau quatre ans pour que se tienne l’audience en appel. Et, enfin deux ans pour que la Cour de cassation referme le dossier ». Une lenteur qui a profité à la carrière de Tiberi et qui contraste avec la rapidité avec laquelle les petits délinquants sont jugés.

Source : Politique.net

J'aime(1)Ferme-la !(0)

Albanulle a recu la légion d’honneur

C’est toute la magie de la classe politique française.

En  2008, le PS alors dans l’opposition, s’oppose à la ministre de la culture Christine Albanel qui porte la loi créant l’HADOPI.

En 2012, Hollande fait campagne en inscrivant dans son projet de loi qu’il supprimera la HADOPI.

En 2012, une fois élu, Francois Hollande donne à l’ancienne ministre de la culture Christine Albanel le grade d’Officier de légion d’honneur !

Nous sommes en 2015, les ministres du PS se sont succédés, le gouvernement n’a cessé de démontrer sa volonté de conserver l’HADOPI, voir la renforcer ( fusion avec le CSA, censure administrative des sites web )

Albanel, quant à elle, est à présent présidente déléguée de la Fondation Orange et également du Conseil d’Administration d’Orange Studio. Elle touche 300’000 € par an. Une manière de rendre la monnaie à la marionnette qui a bien servi son maître.

Car Albanulle, comme on la surnomme, ne révolutionnera pas les télécommunications. D’ailleurs son poste est une planque bien éloignée des activités de l’opérateur télécom. En effet, qui recruterait dans son service quelqu’un qui conseille d’utiliser OpenOffice comme pare-feu?

Encore merci Christine pour le service rendu à la nation. :-/

J'aime(3)Ferme-la !(0)

Les Etats Unis volent les clés de chiffrement des cartes SIM

Vous n’avez sans doute pas pu échapper à la nouvelle fracassante de cette semaine. The Intercept affirme, documents de Snowden à l’appui, que les USA et l’Angleterre ont infiltré Gemalto, principal producteur de carte SIM, pour voler les clés de chiffrement des dites cartes afin de pouvoir déchiffrer les communications téléphoniques des smartphones par simple écoute passive, sans se faire repérer.

C’était en 2010. Depuis lors, les antennes sur les ambassades américaines peuvent donc déchiffrer tout le trafic de l’Elysée et du Bundestag en toute tranquillité, sans se faire pincer. C’est beau, c’est propre. Si ils possèdent aussi les antennes espions découvertes près des gouvernements de Norvège, Suède et Finlande, c’est bingo. Avec des amis comme ça, on a pas besoin d’ennemis. Et puis nos gouvernements nous le ressassent sans cesse, si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre de l’espionnage de votre vie privée.

Pour arriver à s’infiltrer chez Gemalto, dont ils disent avoir pris le contrôle complet de l’infrastructure informatique, les USA et l’Angleterre ont espionné les employés de la société (comptes e-mail, compte facebook, etc…). Les chefs des gouvernements US et anglais ont donc menti lors qu’ils juraient qu’ils n’espionnaient activement que les terroristes. Ici, on est bien venu manger dans la gamelle de citoyens qui n’avaient rien à se reprocher. Et pour se permettre ensuite de faire de l’espionnage de masse. Les services d’espionnage gouvernementaux s’octroient tous les droits.

Aucun démenti des Etats-Unis, motus et bouche cousue du gouvernement français. Ça laisse songeur sur comment la France protège ses citoyens…

Lorsque les USA proclament, gratuitement sans aucun document à montrer, que la Corée du Nord serait l’auteur du piratage de Sony, ils sanctionnent les personnalités du gouvernement de Corée. Pourquoi il ne se passe rien pour mille fois plus grave?

Si vous lisez l’anglais, je vous invite à lire intégralement l’article original de TheIntercept, c’est vraiment édifiant d’en être arrivé là. Que doit-on supporter de plus de la part des gouvernements soit disant « gentils » et qui présentent de plus en plus les caractéristiques des états totalitaires? A quel moment doit-on s’élever? Car que l’on ne s’y trompe pas, les états totalitaires ne se présentent jamais comme tels. Elle se donnent des noms bien gentillets comme République démocratique du Congo, de Chine ou de Corée(du Nord).

J'aime(3)Ferme-la !(0)

Fausses antennes GSM pour espionner les gouvernements européens

Triple-scandale en Norvège, en Suède et en Finlande: En mesurant le trafic numérique dans les quartier gouvernementaux les journalistes ont découvert au moins six fausses stations de téléphonie mobile (IMSI catcher) installées pour intercepter les conversations téléphoniques, suivre les déplacements des détenteurs de téléphones portables et télécharger leurs données.

L’avis des experts et des journalistes des trois pays divergent quant à l’origine de ces fausses bases de réception dans les quartiers gouvernementaux des trois capitales: les USA ou la police locale sont les plus plausibles.

Source La voix de la Russie

Pendant ce temps, à Paris, à deux pas de l’Elysée, l’ambassade américaine a elle aussi son antenne espion GSM. et la NSA ne s’est pas privée d’espionner de fond en comble l’ambassade française aux USA (à lire !)

J'aime(3)Ferme-la !(0)