Avoir le verr Num. actif par défaut sous Gnome 3

Un truc bien chiant est de devoir activer le pavé numérique à chaque fois que l’on démarre une session Gnome.

Depuis Gnome 3 il est possible de demander à ce que le réglage de l’état du pavé numérique soit conservé entre les sessions. Enfin !
Ca s’active ainsi en ligne de commande:

$ gsettings set org.gnome.settings-daemon.peripherals.keyboard remember-numlock-state true

Ou graphiquement en démarrant dconf-editor et en allant chercher la clé org.gnome.settings-daemon.peripherals.keyboard remember-numlock-state

J'aime(6)Ferme-la !(0)

Enregistrer une vidéo du bureau sous Gnome 3

J’ai découvert que le raccourci clavier Ctrl-Shift-Alt-R déclenchait l’enregistrement d’une vidéo du bureau au format libre WebM dans votre dossier $HOME/Videos.

Pour arrêter l’enregistrer, refaites le même raccourci clavier.

Bon à savoir aussi:

  • Impr. (« Impression Ecran ») fait une capture complète de l’écran dans votre dossier $HOME/Images
  • Alt-Impr. capture uniquement la fenêtre en cours
  • Shift-Impr. vous permet de sélection une zone de capture sur l’écran.

Pratique !

J'aime(0)Ferme-la !(0)

Configurer le TRIM pour SSD sur Linux

Je viens de passer d’un disque classique au SSD et la différence de vitesse est fulgurante.

SSD :

  • 550Mo/s constant en lecture
  • 530Mo/s en écriture
  • 0.1ms de temps d’accès

Disque dur 7200rpm:

  • 70 à 35 Mo/s en lecture suivant l’emplacement des données (meilleur débit si les données sont en périphérie du plateau)
  • 15-20ms de temps d’accès

La différence de technologie impose cependant de mettre en place l’utilisation de TRIM pour ne pas perdre en performance d’écriture lorsque votre disque se remplit.

Je trouve dommage que l’OS ne se débrouille pas tout seul pour mettre ça en place. Mais bon, voyons comment faire cela manuellement :

1. Vérifier que votre SSD supporte la commande TRIM

Lancez la commande : # hdparm -I /dev/sda | grep « TRIM supported » en remplaçant sda par votre disque

Vous devriez voir quelque chose comme :

 *    Data Set Management TRIM supported (limit 8 blocks)

2. Si vous avez un disque chiffré, activer TRIM pour dm-crypt

Insérer l’option discard dans /etc/crypttab

# <target name>    <source device>    <key file>       <options>
sda2_crypt         /dev/sda2          none             luks,discard

3. Si vous utilisez LVM, activer TRIM pour LVM

Insérer issue_discards dans le fichier /etc/lvm/lvm.conf

# [...]
devices {
   # [...]
   issue_discards = 1
   # [...]
}
# [...]

4. Appliquer la configuration

Si vous êtes passés par l’étape 2 ou 3, il est nécessaire de lancer l’une des 2 commandes suivantes pour valider les changements :

Debian : # update-initramfs -u

RedHat : # dracut -f

Redémarrer l’ordinateur.

5. Tester le TRIM

Vous pouvez tester que le TRIM fonctionne en lançant la commande fstrim sur votre point de montage: # fstrim /

6. Activer TRIM pour le système de fichier

Plutôt que de laisser le système envoyer une commande TRIM à chaque effacement de donnée, on va informer le disque des blocs libres uniquement une fois par jour. Cela permet au disque d’opérer sa réorganisation des blocs libres à un moment où le besoin de performance n’est pas critique et donc d’éviter sur certains SSD de perdre énormément de performance lors des opérations d’effacement de données.

Pour cela, on va rajouter une entrée dans le crontab de root. Editer le crontrab par la commande : # crontab -e

Ajouter la ligne suivante : @daily fstrim /

Si vous avez une partition différente pour / et /home, vous pouvez plutôt chaîner les commandes comme ceci: @daily fstrim /; fstrim /home

J'aime(0)Ferme-la !(0)

Teamviewer disponible en version Linux

Teamviewer est un logiciel en prise de contrôle du bureau à distance du même type que LogMeIn et SparkAngels.

Il permet de porter assistance à un noob en informatique. En effet, il existe des solutions équivalentes libres mais elles sont trop compliquées à installer (VNC, NX…) surtout quand l’hôte se trouver derrière un routeur (ce qui est fréquent si on se connecte à internet par la *box de son FAI).

Teamviewer simplifie grandement la chose. On installe un seul logiciel, on donne un code d’accès, aucun paramétrage informatique n’est demandé et voila, on peut être dépanné à distance.

L’astuce technique de ce tour de force consiste à faire passer les connexions par les serveurs de Teamviewer, ce qui implique une certaine confiance dans cette société… puisque cela lui théoriquement la possibilité de prendre elle-aussi le contrôle du PC. Voila pourquoi je préfère une solution type NX pour me connecter à distance (et puis parce que c’est beaucoup plus fluide d’utilisation :-) )

Bref, Teamviewer est maintenant disponible en version Linux ! (utilisez la version tar.gz, c’est le plus simple)

PS: Ces gorets fournissent un binaire linux basé sur Wine…. génial :-(

J'aime(0)Ferme-la !(0)

Heroes of Newerth : un DotA sous Linux

DotA pour « Defence of the Ancients » est un mod très populaire du jeu Warcraft 3. Tellement populaire que certains ne jouent plus qu’à ce mod et le considèrent comme un jeu à part entière.

Or, bonne nouvelle, S2Games, studio ayant produit le jeu Savage vient de créer un clone de DotA qui fonctionne sur Windows, Mac…. et Linux ! Accueillons donc à bras ouvert Heroes of Newerth.


Concrètemement il s’agit d’un mix RTS/RPG/beat them all. Le jeu , essentiellement multijoueur, fait intervenir 2 camps qui s’affrontent sur une unique carte. Chaque carte a une armée gérée automatiqement par l’IA et des héros dont vous faites partie. Ces héros ont des compétences spéciales qui se débloquent au fur et à mesure de l’expérience gagnée dans le jeu. Le jeu est assez technique et tactique.Les nouveaux venus se font généralement tuer assez facilement. Vous êtes prévenus.

Le jeu est actuellement en phase beta publique et chacun peut le télécharger et jouer gratuitement. La version finale sera vraisemblablement gratuite avec des bonus/goodies pour ceux qui viderait leur tirelire (30$) pour une version premium.

Voila un jeu qui va rejoindre ma jeuvidéothèque aux cotés de Quake Wars.

J'aime(0)Ferme-la !(0)

Debian, bilan après quelques mois

Ca fait maintenant 5 mois que j’ai échangé ma Mandriva 2008.1 pour une Debian Lenny. Petit bilan.

La raison de cette migration tient à une volonté d’avoir un système robuste et d’une finition inégalée. Je me considère comme un utilisateur averti. Mandriva m’a rendu Linux accessible sans connaissances particulières. Néanmoins, chaque nouvelle version, tout en apportant plus de confort et de modernité laissait un arrière goût de précipité.

Je passe sur le site www.debian.org : poussiéreux, doc pas à jour… Ca donne pas vraiment envie, mais j’étais assez motivé donc j’ai quand même réussi à me renseigner sur l’installation de Debian.

Une des particularités de Debian est son système de publication de version.
La modèle de Mandriva fonctionne sur une version de développement (cooker) qui est gelée tous les 6 mois pour donner une version utilisateur final (2008, 2008.1, 2009, 2009.1 ,etc…).

Debian ne fonctionne pas sur des gels de version de développement à date fixe. Premièrement, il y a « experimental » où se fait le développement d’avant garde. Ensuite si paquet parait assez utilisable en production pour son développeur, il l’envoie dans « unstable » (appelée aussi sid). Si le paquet y survit une certaines durée (quelques semaines) sans anicroches, il est copié dans « testing ». Le but de « testing » est d’avoir le moins de bugs possible. Quand « testing » est considérée comme suffisamment non-buggée, elle est figée en version « stable » et le cycle de l’élaboration d’une nouvelle version « stable » recommence.

Ce modèle de développement valorise la fiabilité des logiciels car la version stable a subit une période de test assez poussée et s’engage sur un objectif de fiabilité contrairement aux versions à date fixe. Il me parait sain de penser qu’un système testé à peine 15 jours en version finale comporte nécessairement beaucoup de bugs non-encore décelés à sa sortie.

Bref, j’ai choisi la version « testing » (la version testing était en cours de gel) car les paquets n’étaient pas trop vieux pour moi (plus ou moins les mêmes que ceux de Mandriva 2008.1) et qu’elle allait bientôt passer en « stable ».

Installation depuis l’ISO netinstall (petit CD, téléchargement de la majorité des paquets depuis Internet). L’installateur (graphique) est plus ou moins comparable à celui de Mandriva excepté le partitionneur de disque qui n’a pas la simplicité de celui de Mandriva. Mieux vaut avoir déja savoir comment partitionner un OS linux… L’installation se fait sans autre soucis.

A l’utilisation, pas grand changements. La Lenny comporte des paquets de la même fraicheur que la Mandriva 2008.1, ce qui est parfaitement utilisable en tant que poste bureautique. Niveau stabilité, rien à dire. Ca ne bouge pas :p. C’est à dire, pas de nouveautés mais pas de plantage non plus. Compiz (le bureau 3d) marche parfaitement. Aucun d’écran noir à cause d’une mise à jour de noyau/xorg/nvidia à rapporter ce jour, c’est plutôt appréciable pour un utilisateur.

Ma plus grosse embuche à consister à utiliser mon scanner (J’étais habitué à la simplicité de Mandriva ;D )

Dans l’éternel troll sur le système de paquets Deb/RPM. Je dois avouer que les mises à jour sont plus rapides à effectuer sur Debian (paquets moins lourds à télécharger). Les descriptions des paquets et mises à jour sont bien présentes dans Synaptic (équivalent à Rpmdrake) et aucun paquet ne m’a été proposé avec une dépendance cassée. Le check des nouveaux paquets s’effectue seulement au rythme d’une fois par jour, ce qui est appréciable.
Par contre, je regrette le champ de recherche directement accessible dnas l’interface de rpmdrake.
A noter ce superbe site d’information sur les paquets.

A l’heure où j’écrit ces lignes, Debian Lenny vient de sortir en « stable ». Je la conseille aux utilisateurs avertis qui ne veulent plus se prendre la tête avec les mises à jours tous les 6 mois. Debian n’est plus aussi à la traine qu’on ne le pense.

Installation depuis le live CD ou la net-install.
Vous pouvez demander conseil sur le salon jabber debian-fr@chat.jabberfr.org et le forum debian-fr.net.

J'aime(0)Ferme-la !(0)

Install party à Orléans

Venez découvrir Linux, voir passer le pas de l’installation en douceur en amenant votre machine.

Rendez vous à l’IUT d’Orléans plan Samedi 8 novembre de 14h à 18h30.

Il y aura de l’Ubuntu et de la Mandriva à foison, 2 distributions parfaitement adaptées au débutants.

Vous aurez aussi l’occasion de faire la connaissance des geeks orléanais de l’asso linux sur Orléans : Cenabumix et pourquoi pas terminer la journée sur une bonne bouffe.

J'aime(0)Ferme-la !(0)

Mandriva 2009 RC1 disponible


La première release candidate de Mandriva 2009 est disponible sur les miroirs :

Au programme,
- Noyau linux 2.6.27 rc5 pour un comptibilité avec les derniers mini-portables
- Nouvel installateur graphique
- Nouvel assistant de configuration des imprimantes
- Go-oo 3 RC, le fork d’OpenOffice.
- Firefox 3
- Gnome 2.24.0 Beta 2
- KDE 4.1.1
- Configuration automatique des sources de packages et sélection automatique des miroirs pour le téléchargement des paquetages (enfin !)
- Le driver ath5k remplace madwiki pour les cartes wifi Atheros
- Nouvelle commande URPMI pour supprimer les dépendances inutilement installées sur votre système :

urpme –auto-orphans

C’est bien sur disponible sous beaucoup de formes de galettes :

- 2 ISO DVDs : 32 et 64 bits
- iso mini dual arch (32/64 bits)
- 3 CDs : 32 bits
- One KDE4
- One GNOME

J'aime(0)Ferme-la !(0)