Un rapport établit un lien entre inégalités et radicalisation

Il existe une « corrélation certaine entre cumul des inégalités sociales, économiques et scolaires, et foyers de radicalisation » islamiques, selon une note d’étude confidentielle de l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) en France que LCI a pu consulter.

Cette note, qui a été selon LCI diffusée cet été à tous les préfets, dresse les caractéristiques communes des 265 djihadistes français – 257 hommes et huit femmes – portés pour morts en Syrie et en Irak alors qu’ils combattaient pour le groupe Etat islamique.

Selon les extraits cités par LCI, plus de la moitié d’entre eux (56%) habitaient dans un « quartier dit prioritaire » avant leur départ et près d’un sur deux (48%) était connu des autorités pour des faits de délinquance de droit commun.

La note dévoile, en outre, que 52% des djihadistes français morts en Syrie et en Irak étaient des descendants d’immigrés, mais aussi que 24% sont nés en France « de parents sans liens avec l’immigration ».

Add a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.