Apprendre à programmer, oui mais…

Le week-end dernier, le ministre de l’éducation nationale Benoît Hamon a livré une interview au Journal Du Dimanche pour annoncer qu’il y aurait dès le mois de septembre une « initiation au code informatique » à l’école primaire, mais uniquement de façon facultative, sur le temps périscolaire.

Bon, déjà « sur le temps périscolaire », ç’est une manière édulcorée de dire que c’est une mesure fantôme, sans budget ni temps.

De plus, en primaire ! Alors qu’ils savent à peine faire une division. Ça n’a pas de sens.

La programmation c’est d’abord réfléchir à un bon algo. Puis l’implémenter en connaissance des atouts et faiblesses des ordinateurs contemporains.

La programmation, c’est un moyen pas une fin.

Ca permet de rendre ses jouets plus « intelligents », de résoudre ses équations du second degré d’un clic en s’évitant de refaire encore et toujours les mêmes calculs, de faire des dessins complexes, des jeux vidéos avec une IA, etc… Chacun ses problèmes et ses envies.

Découvrir cela en fin de collège/lycée quand les besoins et désirs naissent lorsque notre calculette nous parait tout d’un coup désuète me parait plus adapté.

Et puis pour le coup, il faudra que l’enfant choisisse une licence pour publier son code source. Bon courage pour expliquer que l’on peut ou pas copier à un enfant :D

14 Comments

Add a Comment