Quelle réaction à la surveillance ?

Les révélations au grand public de l’espionnage de masse par Edward Snowden datent de 2013.

3 ans après, quelle réaction du grand public?

Un article du journal LeMonde dresse un bilan assez noir incluant les reculs législatifs en matière de vie privée que les populations ont acceptées depuis. Puisque depuis, même en France, l’espionnage de masse est devenu légal (sic)

Pour ma part, je me concentrerai sur le comportement individuel de chacun :

  • Toujours plus de smartphones et d’objets avec Google connecté en root.
  • Adoption de Windows 10 intrusif comme jamais vu auparavant pour un OS de bureau.
  • Toujours énormément de mail Gmail
  • Facebook comme seul réseau social
  • Le cloud de Microsoft (Office 365) se vend bien
  • WhatsApp et Skype dominent la VoIP

J’ai envie de dire : « tout ça pour ça ? »

Aujourd’hui les alternatives basées sur du code libre, auditable, communautaire et des données stockées de manière décentralisée voir privée sont bien présentes et très efficaces :

Et pourtant, même les gens informés et contre la surveillance de masse ne me donne comme moyen de communiquer avec eu que WhatsApp(Facebook), Skype(Microsoft), Gmail(Google) ou Facebook. C’est à pleurer d’hypocrisie.

Pour une piqûre de rappel, voici les premiers slides de Snowden sur PRISM (notez le coût ridicule de 20millions !):

13 réactions sur “ Quelle réaction à la surveillance ? ”

  1. Gilles

    Dixit le gars avec du Twitter sur son blog ?
    L’hypocrisie c’est bien mais bon tu dois détester Dégooglisons machin de Framachin, qui communique dessus à fond sur FB par exemple.

  2. moi@moi.fr

    Dixit des mecs (moi avec) qui utilisent tous leurs gadgets électroniques et internet qui émettent plus de CO₂ que l’industrie du transport aéronautique… comme si la surveillance était le principal problème de ce monde, c’est juste L’os à ronger du geek averti. Si le « libre » était réellement subversif, il serait purement interdit – c’est juste une une commodité, un aménagement dans un monde totalitaro-industrieux. Et un grigri pour d’autres (l’espoir, cette malédiction !) – la preuve: il fait la même chose mais en ne te regardant pas toujours faire.
    Arrêtez-donc un peu de vous torturer avec ça, il y a plus urgent à régler que de ne pas utiliser les produits&services d’entreprises dont la surveillance est la base même de leur business et l’État leur sous-traitant de l’ordre.

  3. Grok

    @Gilles
    Degooglisons-Internet tente de faire migrer des gens qui ne vont que sur FB vers ailleurs que sur FB. Comme ce public là n’est pas ailleurs que sur FB, le seul moyen de l’atteindre est d’aller sur FB. Puisque le but est de les faire partir de FB, c’est ok d’aller dessus pour parler, on n’encourage pas FB.

    En revanche, si des utilisateurs avertis vont sur FB pour y parler d’autre chose que de migration hors de FB, là c’est de l’hypocrisie, car ça encourage à utiliser FB pour une conversation normale.

  4. Grok

    @moi
    Pourtant, FB et tous ces services ne sont là que pour vendre de la publicité qui elle même vend de plus en plus de merde. FB et toute cette galaxie de se(r)vices avilissants qui ne vise que la surconsommation fait bel et bien partie de ce qui fait perdurer les problèmes de pollution, d’inégalités sociales, de désintéressement de la politique, du contrôle et la soumission des populations etc.
    Bien que ça ne vous semble pas évident au premier abord, les alternatives libres ont bien plus d’intérêt que ça.

  5. Pierre

    @Gilles : je te trouve très dur. Ce n’est pas tout blanc ou tout noir et il n’y a aucune hypocrisie. Pour ma part, j’utilise beaucoup de services respectueux de la vie privée mais aussi quelques uns qui ne le sont pas de tout… Et quoi? Je n’aurais du effectuer AUCUN changement sous prétexte que je savais dès le début que je n’aurais pas pu TOUT remplacer?
    Je n’ai pas le droit de conscientiser les personnes qui m’entourent aux enjeux de la vie privée sous prétexte que je ne suis pas blanc comme neige?

    Et puis la remarque pour Framatruc, je la trouve assez peu judicieuse car il faut avoir une présence là ou se trouvent les personnes que l’on essaie de sensibiliser si on veut avoir une chance de se faire entendre… Ils devraient faire quoi ? Se limiter à Diaspora* et ne prêcher que des convaincus ?

  6. 2passage

    Cher @moi.
    Petite remarque liminaire avant la suite de ce commentaire : Nous sommes, je pense, tous d’accord sur le fond – l’état de la planète et le manque d’action avec des effets réels. La forme, et les arguments que vous utilisez ici par contre sont plus que discutables et fragilisent vos bonnes intentions.
    La révolution industriel et le «progrès» dont nous payons aujourd’hui les conséquences ne date pas d’hier, certains, dès le début des cheminées fumantes se sont élevés contre et on mis en garde contre les évidentes conséquences. Ont ils été écoutés ? Chacun connaît comme moi la réponse. On les a taxés d’arriérés, d’anti-progrès etc – toujours valable aujourd’hui avec la fabuleuse phrase : nucléaire ou retour à la bougie…
    La révolution informatique est toute jeune, il est encore temps d’agir avant d’avoir les même conséquences, que vous décrivez dans les domaines environnementaux, appliquées à l’informatique, qui implique, comme l’environnement toutes la société, la planète, tout ce qui respire.
    Votre remarque est fausse, le libre n’a jamais prétendu être subversif, il prétend être une alternative viable (tiens d’ailleurs que ferait du subversif sur 85% des serveurs qui servent internet, même dans les plus gros groupes dont nous nous méfions) et évite (ou du moins cherche à éviter) le contrôle du tout par quelques uns (vous n’aimez pas les centrales nucléaires ? Et bien fermez les, ah vous ne pouvez pas le faire tout seul…tant pis pour vous)
    Avez vous vu la levée de bouclier – jusqu’au tribunal ! – contre la fermeture des berges de seine à Paris ? Les bonnets rouges il y a quelques temps qui cassent tout, contre une loi «écologique» et dont le contribuable doit payer les conséquences contractuelles aux compagnies privées impliquées – je vous laisse vous renseigner. Voilà où nous en sommes.
    Alors non, nous ne sommes pas subversif, nous connaissons la taille de nos ennemies et chaque ordinateur libéré, chaque prise de conscience et une victoire.
    Vous militez ? Moi oui, je connais bien l’odeur des gaz de combat – oui ce sont des gaz de combat pas des «lacrymogène» – que les gardiens de l’ordre vous balance à la gueule sans conséquences pour eux. Et bien peut être qu’un jour en tentant d’organiser un rassemblement pacifique par e mail ou tout autre moyens de communication moderne, vous verrez les amis du petit déjeuner à votre porte, ah j’suis en retard pardon…c’est déjà arrivé.
    Enfin, votre remarque sur «l’os à ronger», voyons, restons sérieux. Nous sommes sur un blog qui parle de libre ici, premièrement, ensuite, comment dire….ça manque d’intelligence. Un peu comme si on vous disait «Avoir peur du nucléaire, c’est comme avoir peur des feux follets».
    Cordialement.

  7. Gilles

    Merci @Tuxicoman pour la réponse pour Twitter.
    @ les autres : apprenez à lire, je n’ai pas critiqué le fait que Framachin aille sur FB.

  8. moi@moi.fr

    @2passage,
    bonjour, je n’ai jamais été adroit, ni totalement gauche, mais…
    « Votre remarque est fausse, le libre n’a jamais prétendu être subversif, il prétend être une alternative viable »
    Et il n’est que ça, effectivement. Ses prétentions n’y sont pas codées, c’est le terme même qui le jette aux yeux et aux oreilles de tous : « free/open-libre/ouvert », du moins si j’en crois ce que le mot subversif signifiait – l’emploi de « victoire » dans la réponse me le laisse encore plus supposer. Car je ne vois pas en quoi ouvrir/libérer le code tournant sur une machine écocide (surtout un pc, dont les ventes sont en déclins, ainsi que ses usages courant – combat d’arrière-garde ?) pourrait être un préalable à libérer un être humain ou tout autre être. À part peut-être quelques utilisateurs zélés, des exégètes de la gpl ayant pignon quelque part, ou je ne sais quoi d’autre dans cette communauté. Je manque soit d’impréganation de ce milieu et je m’en préserverai, soit mon pessismiste l’a définitivement occulté ; cela reste donc pour moi un os à ronger, et le « libre » une [superbe] commodité ayant des ennuis ingérables bien moindre à l’usage. Sa disparition n’est plus à craindre, il a « gagné »; son droit de « vie ». Tant pis si je fais horreur à monsieur Stallman; je ne contribue pas à cette communauté.

    Pour le militantisme, et je ne sais pas ce qui doit être prouvé ici avec cela, j’ai définitivement abandonné après une reprise timide avec la lcen – date à laquelle j’utilise uniquement le manchot après quelques hésitations depuis les premières Slackware (un enfer technique et humain quand on avait du matos exotique). Les manifs étudiantes auparavant m’ont fait gouté aussi pas mal de gaz, et des potes le goût de leurs blessures – ho, rien de très grave par rapport à ce qui se passe aujourd’hui, heureusement pour nous. Que des personnes puissent se faire choper pour la cause la plus juste qui soit, je me permets d’en être navré.
    Mon bellicisme, mon sentiment « d’autodéfense » montant a été quasi-maîtrisé quand je suis passé de l’autre coté de la baricade temporairement, il y a longtemps, avant que cette mécanique soit rendue de plus en plus « durable » et verte. Des vraies personnes, pas des mécaniques ou des rôles, mine de rien très cultivées et pas que techniquement, ainsi très au fait que nous faisons tous fausse route, ont réussi à m’en dissuader de façon assez simple. Et le temps par la suite n’a rien arrangé à l’affaire. Je ne démotiverai quiconque, surtout les plus jeunes. Mais l’évidence est là : il y a des quidam usées, qui n’ont pas ou plus [assez] de jus et qui aimeraient bien encore que leurs proches – ou pas – ayant plus de resources et de volonté se concentrent sur des choses plus essentielles à leurs yeux que de chercher ou pas les odeurs acres des forces de l’ordre pour sortir de la violence quotidienne avec ses relents inodores qui tuent toujours. Rien que pour pouvoir suivre, aider, se réfugier de manière… durable. Suis-je acculé ? Oui. Suis-je vaincu ? Possible. Mort ? Pas encore.

    J’ai de la peine, j’ai de la colère. Pas que. Et j’avoue pleinement que c’est très compliqué de souhaiter très souvent retourner à une quasi « civilisation » de chasseur-cueilleur quand on est formaté depuis l’aube de la micro à utiliser ces outils mortifères qui vous « nourrissent » et laisse s’épanouir une certaine créativité le reste du temps, sans friser la folie.

    @Grok,
    bonjour, le libre à bien plus d’intérêts que cela… j’aimerai plutôt dire qu’il en à moins. ;-)
    Mais il n’élude pas non plus la complexité de nos sociétés, de nos rapports et donc les problèmes liés aux supports pour communiquer. Revenir aux coursiers ? Aux pigeons – pas pidgin ? Why not. Si demain nous vivons sur une planète saccagée parce que nous avons une source inépuisable d’énergie pour nourrir et extraire tout ce qu’il faut pour 10 milliards d’individus et plus, quel est l’objectif aujourd’hui que de dire ce sera grâce à du libre ou pas ?

  9. yoho

    Je pense que grâce à Snowden, plus de gens ont pris conscience de cet état de fait. Mais voilà, de la conscience à l’action, il y a un pas que pas beaucoup de gens ne franchissent pas. Tu peux rajouter aussi, dans tes exemples, la perte de vitesse de Firefox face à Chrome.

  10. 2passage

    Le 19 février 2017 «moi» écrit :
    «[…] Car je ne vois pas en quoi ouvrir/libérer le code tournant sur une machine écocide […]»

    Je sais que l’actualité va vite et que les média passent facilement à autre chose (prix de la page de pub payée par l’annonceur aidant) mais un sujet récent fait rejoindre vos préoccupations et le code : Tout le monde se souvient du «Diesel gate» de Volkswagen (puis d’autres constructeurs) ? Où le code (fermé/propriétaire) de l’ordi de bord permettait de «voir» que la voiture était sur banc de test et d’adapter les résultats pour avoir l’homologation….mais au final en conduite réelle de polluer bien plus que ce que les normes environnementales (toujours trop faibles, je sais) permettent.
    Soyez rassuré ! Le temps des chasseurs-cueilleurs reviendra et cela ne nous concernera plus.
    Je retourne ronger mon os.

  11. moi@moi.fr

    @2passage
    Bonjour, et si seulement ce n’était qu’en conduite réelle que la voiture V, présentée comme plus verte et durable au fil des années, polluait le plus ! Nous savons pertinemment tous les deux que la pollution de ces engins jetables à pièces jetables est bien plus élevée sur le poste de fabrication, de bout en bout. Sa localisation étant multiple. Et l’ajout de l’électronique -puis communicante- depuis quelques années n’ont fait qu’empirer l’affaire, l’ouverture du code pour gérer tout cela me/nous préoccupe peu ici.

    Pour le « back to basics », ce sera peut-être même de notre vivant – si cette fameuse « bombe du méthane », pour nous fait faire un bond de la température globale de plus de 5°C en une décenie, explose dès demain. Et donc si nous survivons en milieu non-civilisé.
    Bon appétit.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.