Ubuntu abandonne Unity et Mir

Dans un article de blog, Mark Shuttleworth annonce qu’Ubuntu utilisera Gnome comme bureau par défaut pour sa version 18.04 (qui sort en avril 2018).

C’est la fin de son épopée solitaire avec le bureau Unity et le serveur d’affichage Mir.

Ubuntu avait voulu se détacher des autres distributions en espérant prendre un peu d’avance sur le remplacement du vieillissant serveur X11. Le pari étant que si Unity/Mir fonctionnaient avant Gnome3/Wayland, elle se retrouvait seule avec un bureau moderne alors que les autres distributions devraient attendre le long processus du travail en commun pour faire un truc propre pour l’avenir. Un peu comme Skype et WebRTC.

Ca lui aurait permis de rassembler une majorité d’un segment de marché et installer un juteux magasin d’application pour Ubuntu, la distrib à 90% du marché du desktop moderne sous linux.

Malheureusement, ça a un peu foiré. L’avance d’Unity/Mir face à l’état du développement de Gnome 3/Wayland ne s’est pas révélée si clivante.

Et aujourd’hui, Gnome3 est désormais très mature et apprécié. Et Wayland est en embuscade pour remplacer X11 partout.

Donc quel intérêt pour Ubuntu de payer un cheval qui est en passe de se faire doubler par tout le monde ? Autant utiliser le truc qui ne fera pas fuir les développeurs et utilisateur et réorienter ses efforts vers un autre différenciateur.

Ubuntu a toujours été cela, le petit truc en plus qui la rend plus attrayante, plus facile, plus compatible que les autres. Mais aussi la sensation que ce qui est nouveau est aussi éphémère. Un peu comme Mandrake et son panneau de configuration système qui s’est petit à petit fait remplacer par les outils intégrés en commun dans toutes les distributions (netmanager, xrandr, etc…)

Maintenant, j’ai l’impression que la différence peut se faire sur la distribution qui intégrera le mieux les « snap », c’est à dire les paquets qui viennent avec leur dépendances pour facilement installer le dernier logiciel proprio à la mode (et pourrir ton disque dur et la sécurité comme sous Windows). Sur l’IoT et l’embarqué, de la prise électrique connectée au tableau de bord de voiture, il va y avoir du linux dans tous les appareils. Donc, pourquoi pas, il y a un marché à prendre.

2 Comments

Add a Comment