ToneLib : Simulation d’ampli guitare pour Linux

Ca faisait quelques semaines que je cherchais un outil de simulation d’ampli guitare pour Linux.
L’idée est de brancher ma guitare électrique sur l’ordi et par traitement logiciel sortir un son d’ampli « classique » (Marshall, Fender, Soldano, etc…)

Je ne cherche pas à avoir le son parfait (déjà la taille du baffle de mes enceintes d’ordi n’a rien à voir avec un 12″ d’ampli classique) mais d’avoir de quoi jouer au casque ou pas trop fort avec une bonne signature sonore et un feeling agréable.

J’ai testé pas mal de solutions.
Des libres: Guitarix, Calf, GuitarML
Et des non libres : MLSoundLab, GuitarRig, S-Gear, et bien d’autres.

Je n’ai pas réussi à avoir de sons vraisemblables avec Guitarix et Calf. D’ailleurs je ne suis pas le seul dans ce cas, car les exemples audio que je trouve sur Internet ne sont pas terribles non plus.

GuitarML a une approche intéressante. Faire du machine learning en comparant l’entrée (signal guitare) et la sortie (signal micro de capture) d’amplis dans des conditions réelles d’utilisation. Malheureusement tant le logiciel que les échantillons dispos ne sont pas encore d’un niveau de qualité propre à l’utilisation. Mais c’est un logiciel à suivre.

Coté propriétaire, il y a aussi un peu toutes les qualités et les technos. On tombe parfois sur des modèles de vente s’approchant du freemium ou des DLC à foison.

Je retiendrais MLSoundLab qui sonne bien, mais il ont un produit par ampli et il n’y a pas de version Linux.

Donc pourquoi conseiller ToneLib?

Déja, ca marche sous linux « facilement ». Il y a un paquet .deb et le logiciel dispose d’une interface graphique complète qui fonctionne sans devoir mettre en place JACK et un routing audio dans un DAW ou Carla (qui n’est pas dispo dans Debian). On branche ça marche.

Ensuite, l’interface est super simple à comprendre:

  • a droite la banque de presets
  • au milieu le chainage du preset courant. On peut cliquer sur un élément de la chaine et ca affiche les controleur en dessous
  • à droite la bibliothèque d’éléments. Il y a des pédales, des amplis, etc…

On retrouve les marques & modèles avec leur vrai nom. Donc si on cherche l’élément correspondant au Plexitone de Marshall ou la TS808 d’Ibanez, on le trouve nommé ainsi, sans chichi.

En bas de l’interface, on a une boite à rythme avec des presets basse/batterie. On ne peut pas éditer les presets de la boite à rythme. Mais c’est bien pour s’entrainer.

On trouve aussi un looper et enregistreur. C’est simple mais ca peut dépanner. Pour le looper, il me faudrait une pédale midi pour arrêter la boucle avec précision (le déclenchement pouvant se faire sur base du niveau sonore)

Enfin le son. Ici une revue des presets par défaut :

Enfin le modèle économique. On peut trouver le logiciel à 30$ en promo. Ce qui n’est vraiment rien pour tout ce que embarque.
On peut télécharger et utiliser le logiciel complet avec pour seule incitation à l’achat ce popup au démarrage, sympa !

Maintenant quelques astuces pour Linux.
J’ai une Focusrite Scarlett 2i2 sur laquelle je branche en direct ma guitare (Stratocaster). Le niveau du préampli sur la carte son est à 0 et l’entrée en mode ‘instrument’ bien sûr.
J’utilise la version de développement de Debian 12(testing). J’ai supprimé pulseaudio de mon ordi et passé entièrement sur Pipewire.
J’ai configuré la carte son en mode « pro-audio » depuis le contrôleur de volume:

J’ai configuré Pipewire pour réduire sa taille de buffer à 64 dans un fichier ~/.config/pipewire/pipewire.conf.d/maconfig.cfg:

context.properties = {
   default.clock.force-quantum = 64
   default.clock.quantum = 64
   default.clock.min-quantum = 64
}


Tonelib est réglé ainsi :

On peut vérifier la latence avec la commande « pw-top »:

Dans cette configuration, je ne perçois aucune latence ni gêne à jouer en live avec retour sonore des enceintes de mon ordi.

Alternative avec Pipewire JACK qui n’a pas de buffer en sortie :

context.properties = {
   default.clock.quantum = 64
}

Lancer avec la commande :

$ pw-jack ToneLib-GFX

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.