La France fait fonctionner un programme d’écoute massive d’Internet depuis 2006

On vous l’avait bien dit. La France fait aussi de l’écoute de masse illégale.

Des documents attestent que la France a mis sur pied un programme d’écoute illégales massives. Des appareils enregistreurs étaient placées directement dans les infrastructures des gros opérateurs Internet (DSLAM).

Le programme a pour nom IOL, est classé secret défense, répond du gouvernement et ne passe par aucun juge. Initié en 2005, on parlait déjà pour 2006 de 6000 DSLAM sondables, jusqu’à couvrir 99% du trafic résidentiel en 2012.

Le produit phare de Qosmos, celui vendu à la Syrie, est le ixM-LI pour « Legal Interception » (non dénué d’hypocrisie ce nom). Et c’est également celui fourni dans le cadre du projet IOL pour « Interceptions Obligations Légales » (oui, c’est drôle aussi). L’ancien haut cadre d’un opérateur nous confirme que le programme était bien encore actif en 2013-2014.

Donc le gouvernement est/était en plein dans l’illégalité et l’hypocrisie au moment même où Snowden révélait l’espionnage opéré par les  USA.

Et c’est pour faire du DPI, deep packet inspection, c’est à dire lire le contenu des messages (ex: emails, messagerie, page web, documents, visioconférence, mot de passe, etc…), contrairement à ce qu’indiquait le ministre pendant les débats sur la loi sur le renseignement légalisant l’installation de ces « boites noires » auxquelles il nous est demandé de faire confiance pour n’espionner que les terroristes, LOL !

 

Source: Reflets.info, Mediapart

2 Comments

Add a Comment