Agenda 2022 de la Recherche & Innovation de la Gendarmerie

La gendarmerie a publié son plan stratégique Recherche & Innovation pour 2022. Aperçu :

Analyse décisionnelle

À partir de données d’activité des acteurs de terrain (constatations de faits, localisations de contrôles, dépôts de plaintes…) il est possible de développer une approche anticipative basée sur les stratégies d’analyse Big Data et des modèles statistiques. Cette approche se fait par la remontée d’informations importantes sous la forme de projections cartographiques ou chronologiques dynamiques de probabilités de commission d’infractions. Le déploiement initial de cet outil est en cours ; la recherche se poursuit sur la nature des technologies logicielles utilisées et la prise en compte d’une part croissante d’intelligence artificielle (machine learning). L’objectif est un déploiement généralisé en 2019.

Analyse vidéo de masse

Le périmètre du « traitement vidéo de masse » comprend des fonctionnalités de base comme la gestion des multiples formats, le stockage ou le derushage, et une grande diversité d’outils d’analyse comme l’analyse de mouvement, la lecture automatique de plaques d’immatriculation, la reconnaissance faciale, la détection de mouvements anormaux…

Identification des imprimantes 3D

La gendarmerie conduit des travaux de R&I dont l’enjeu est de pouvoir associer avec certitude l’ordinateur qui a lancé l’impression, l’imprimante et l’objet imprimé.

Arrêt de véhicule en mouvement

La difficulté est de stopper les véhicules de façon certaine tout en préservant l’intégrité physique des personnes et des biens. En complément des moyens existants (herses…) la technologie des micro-ondes à forte
puissance fait l’objet d’expérimentations sur le terrain et en laboratoire. Les effets délétères des rayonnements micro-onde sur les circuits électroniques sont connus et documentés depuis les années 90. Un rayonnement
suffisamment puissant peut perturber le fonctionnement d’un système électronique du type calculateur de bord et en provoquer l’arrêt forcé.

Depuis 2015 la gendarmerie a participé aux tests de plusieurs prototypes en collaboration avec des partenaires industriels ou publics. Les prototypes doivent subir de nouveaux tests, et le respect des normes de sécurité
doit être vérifié pour permettre une décision d’équipement fin 2019.

Collecte de données en source ouverte sur internet

GENDscrapper, applicatif de capture de contenus, avec possibilité de paramétrage en profondeur des contenus à aspirer au sein des pages. L’outil permet entre autres à l’enquêteur de contourner d’éventuels filtres anti-robot afin de poursuivre son exploration automatique.

WifiCatcher

Dispositif d’identification des réseaux Wifi ambiants et des terminaux qui leur sont connectés.

Détection préventive des comportements atypiques

Des études scientifiques ont mis en évidence, par des analyses sociologiques et comportementales, un certain nombre d’indicateurs pouvant être considérés comme atypiques pour une personne vaquant à des occupations normales. Si ces résultats sont d’ores et déjà exploités en donnant lieu à un logiciel d’aide à la détection, la gendarmerie étudie la possibilité de développer le concept au moyen d’intelligence artificielle type machine learning pour une exploitation à terme en vidéo surveillance automatisée. Un projet de recherche est en cours à ce sujet et doit se poursuivre en 2018. Il concerne toutes les composantes de l’Institution et
se prête à de nombreux cas d’usage.

Portrait robot génétique

L’objectif recherché est de fournir aux enquêteurs des orientations morphologiques et biographiques fiables à partir d’un échantillon d’ADN. Le développement est dépendant des progrès en recherche fondamentale dans le domaine génétique visant à établir des corrélations robustes entre caractères morphologiques apparents et profil ADN. Des premiers tests sur certains critères phénotypiques ont été menés avec succès et une amélioration du concept est en cours, en vue d’une expérimentation en conditions
réelles en 2019.

Retranscription des auditions

La gendarmerie cherche à doter les enquêteurs d’un système permettant de retranscrire automatiquement une audition orale. Un tel outil sera aussi particulièrement utile dans le cadre de témoignages multiples
collectés sur la voie publique ou l’exploitation d’enregistrements collectés dans le cadre de l’enquête. La gendarmerie conduit depuis 2016 des tests en lien avec des universités et des industriels. L’IA par sa capacité d’apprentissage est au cœur du développement de ce type de logiciels. Un développement opérationnel est prévu pour 2020.

Inférence d’identité

L’inférence est un procédé statistique complétant un ensemble d’informations incomplet à partir des informations présentes. Ce concept peut être appliqué à l’identification et la criminalistique. En effet, à partir
d’informations non discriminantes en nombre suffisant, il est possible de déduire une identité. Beaucoup de données présentes sur internet contiennent une part d’informations permettant de déduire une partie de l’identité d’une personne sans donner son identité complète. Par exemple, un selfie peut permettre de voir la couleur des yeux et des cheveux, une vidéo peut permettre de voir dans quelle région la personne vit. En recoupant toutes ces informations et en appliquant des filtres statistiques il est possible de remonter à l’identité officielle de la personne.

Add a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.