Moi président, je remplacerai la loi Hadopi

Dans son programme électoral, François Hollande annonçait, en échange d’un bulletin de vote, son engagement n° 45 :

Je remplacerai la loi Hadopi par une grande loi signant l’acte 2 de l’exception culturelle française, qui conciliera la défense des droits des créateurs et un accès aux oeuvres par internet facilité et sécurisé. La lutte contre la contrefaçon commerciale sera accrue en amont, pour faire respecter le droit d’auteur et développer les offres en ligne. Les auteurs seront rémunérés en fonction du nombre d’accès à leurs oeuvres grâce à un financement reposant sur les acteurs économiques qui profitent de la circulation numérique des œuvres

Mais une fois président, les engagements ne sont plus que des paroles en l’air. Au travers de sa ministre de la culture, le gouvernement indique que la Hadopi continuera dans son exercice et qu’aucune réforme du système actuel ne sera engagé, au contraire on continue dans l’impasse :

Le Gouvernement souhaite faire de la lutte contre les atteintes aux droits de la propriété intellectuelle une priorité fondée non seulement sur le maintien de la réponse graduée, mais également sur la définition d’un plan d’action contre le piratage commercial, autrement dit contre les sites Internet de streaming, de téléchargement direct ou de référencement, qui tirent profit des contenus piratés et les monétisent sans rémunérer les créateurs.

Et qui est responsable de l’apparition de ces sites? Le gouvernement en décourageant les échanges peer to peer. Je ne sais pas si ils sont au courant mais on a désormais des vendeurs de DVD pirates dans le métro et des sites de référencement qui changent de pays comme de chemise !

Le plus beau, c’est qu’il ne se passe pas un jour, sans que ces politiciens nous demandent de les croire encore sur paroles (sur la croissance, les retraites, la justice, les écoutes des citoyens….)

Peut-on porter plainte pour publicité mensongère ? Je signe tout de suite.

J'aime(4)Ferme-la !(0)

Facebook lit les documents Google Doc partagés

  1. Créez un nouveau document Google Doc.
  2. Créez un lien de partage (seuls les personnes connaissant le lien peuvent accéder au document)
  3. Partagez ce lien dans un message privé sur Facebook.
  4. Regardez immédiatement la page web Google Doc, vous verrez 2 utilisateurs anonymes connectés à votre document ! Et ce alors que votre destinataire n’a pas encore lu votre message !

Facebook a l’air d’aspirer tous les nouveaux documents Google Doc échangés sur Facebook. Le même comportement s’observe si vous publiez le lien Google Doc sur votre mur Facebook.

Autre élément corroborant, une vignette miniature du document apparaît dans Facebook à coté de votre lien. Cela montre que Facebook l’a lu et en a fait une capture d’écran. Votre document a de forte chances d’être exploité à toute fin utile pour Facebook et les USA (tracking publicitaire, détection des terroristes et pédophiles, espionnage commercial par la NSA, etc…)

Bref, Facebook, ce n’est pas chez vous, et ce n’est pas privé. Relisez ses conditions d’utilisation.

J'aime(6)Ferme-la !(0)

Documentaire « Do not track » sur le tracking

dnt

Arte produit une web série sur le tracking. Ca s’appelle « Do not track » et c’est vraiment bien fait.

Les épisodes sont lancés toutes les deux semaines, du 14 avril au 9 juin 2015. Chaque épisode dure environ sept minutes et aborde une thématique distincte :

  • le tracking aujourd’hui
  • les cookies et les futures méthodes de nous traquer en toute légalité
  • les réseaux sociaux et la fin de l’anonymat
  • le téléphone portable comme véritable outil de tracking
  • le big data et ses algorithmes
  • la « bulle » créée par votre historique de navigation et la personnalisation accrue du monde
  • l’avenir du tracking

Si vous voulez approfondir, je vous conseille la lecture de mes articles:

J'aime(0)Ferme-la !(0)

Navigateurs web utilisés sur un blog de libriste

Voici la répartition des navigateurs web utilisés pour consulter ce blog sur le mois de Mars 2015 d’après Piwik.

repartition navigateursCe qui me choque, c’est que 23% (presque 1/4) de mes visiteurs semble utiliser Chrome. Or ce blog est plutôt porté sur le logiciel libre et s’efforce de décrier la surveillance de masse effectuée par Google & co. J’ai donc du mal à comprendre comment Chrome peut faire un tel score alors qu’il représenté l’antithèse (surveillance, code fermé, etc..) de ce que je prône dans mes articles.

Aussi, j’aimerai mieux connaître ce qui motive ces visiteurs à utiliser Chrome. Merci d’avance pour vos commentaires.

Addendum, voici également les moteurs web recensés :

moteur de rendus

J'aime(3)Ferme-la !(1)

Google Chrome : Économiseur de données. Refusez de donner le contenu de vos visites !

J’ai été très surpris par l’article de NextInpact nommé « Google : une extension Chrome pour réduire la quantité de données consommées »

L’article est plutôt complaisant alors que l’extension ne fait ni plus ni moins que d’utiliser les serveurs de Google comme proxy pour acheminer vos communications avec tous les sites web que vous consultez. Sauf que Google n’a pas le statut d’un FAI et n’a aucune obligation de ne pas lire et analyser le contenu de vos communications personnelles. Et c’est d’ailleurs pour avoir à l’intégralité de vos communications qu’il vous propose ce service.

Google avait déjà :

  • l’historique complet de vos recherches (cookie Google)
  • l’historique de toutes vos visites si vous utilisez Chrome (si vous avez activé la synchronisation dans le cloud)
  • le tracking sur les sites web (cookie GoogleAnalytics sur plus de 60% des sites web)
  • le contenu de vos emails (si vous envoyez un mail à ou depuis une adresse Gmail)

Et avec ce plugin installé volontairement par l’utilisateut il pourra lire le contenu complet de vos échanges y compris mot de passes, commentaires, contenu des pages web, etc… C’est horrible ! Il faut refuser ça ! On ne doit pas faire d’article complaisant tel que l’a fait NextInpact sans sensibiliser fortement les utilisateurs sur ce qui se passe réellement derrière la publicité de Google. Quand je vois les commentaires tous gentils sur la page de l’extension je prends peur…

google economiseur

Si Google et les webmasters voulaient honnêtement accélérer le web, ils enlèveraient tout leurs codes de tracking, les publicités et les redirections sur chaque lien !

Par exemple, j’ai fait moi aussi un proxy qui nettoie la page de résultats de Google, résultat : 13ko pour afficher les résultats de la première page. La même page de résultat sur le site officiel de Google c’est 1000ko!

Faites vous plaisir le code source de mon proxy est libre.

J'aime(13)Ferme-la !(0)

Où est Charlie?

Aujourd’hui en France, cinq sites sont bloqués par le pouvoir exécutif sans décision de justice ni débat public :

(Source de la liste : Numerama)

La France se rabaisse au niveau de la Chine et son « bouclier doré » .

La liberté d’expression ne s’arrête pas à la ligne politique du gouvernement. Ces blogs sont de ridicules proies (des blogs avec 2 commentaires seraient des outils de propagande…. LOL ) qui n’influent en rien sur la sécurité des citoyens français. C’est la liberté d’information des français qu’on assassine.

Où sont les Charlies pour défendre la liberté d’expression du politiquement incorrect ? Car bon, Charlie, vu les élections récentes, c’est presque lus choquant… :-/

charlie FN

J'aime(6)Ferme-la !(1)

Mise à jour Flash player

Des vulnérabilités ont récemment été corrigées dans le plugin Adobe Flash Player. Si vous l’utilisez sous Linux, vous devez rapidement le mettre à jour à la version 11.2.202.451

Comme la mise à jour de ce plugin ne se fait pas automatiquement, je vous renvoie vers la procédure pour mettre à jour le plugin Flash sous Debian.

Je vous conseille également de profiter de cette occasion pour essayer de ne plus l’utiliser : bloquage du plugin dans le navigateur et si vous ne rencontrez pas de problème -> désinstallation du paquet flashplugin-nonfree. Youtube utilise HTML5 pour la majorité de ses vidéos désormais.

J'aime(2)Ferme-la !(0)

Piwik, la statistique auto hébergée

Si vous voulez un compteur de visites un peut évolué sur votre site web, je vous conseille Piwik.

Ca donne des statistiques basiques : types de navigateurs, origine géographique des visiteurs, sites web de provenance, titre des pages visitées, heure des visites, etc…
Vous avez un historique de toutes ces statistiques au jour le jour et vous pouvez les suivre en temps réel.

Le compteur de visiteurs m’a l’air fiable, il ne compte pas les robots et ne surestime donc pas les chiffres. J’ai testé des plugins comme Statpress, SlimStat, Post view stats et Piwik est celui qui me donne le moins de visiteurs.

Il ne ralentit pas beaucoup les visites ou l’utilisation de WordPress contrairement aux plugins sus-cités.

Mais le plus important est que les statistiques que vous récoltez sur vos visiteurs ne sont partagées avec personne à part vous. Ainsi vous ne participez pas au suivi des internautes d’un site à l’autre en livrant les données de vos visiteurs à un site central (coucou GoogleAnalytics) qui recoupe tout ça pour retracer le parcours des internautes sur le web tout entier. (et ce n’est pour rigoler puisque que c’est leur business model)

Vous n’aurez pas beaucoup d’informations sur les mots clés utilisés dans les moteurs de recherche pour vous trouver. Ceci car Google, entre autres, utilise un page de transition afin de gommer le paramètres de l’URL de recherche. Ca donne un peu plus de vie privée aux internautes sur les sites web qu’ils visitent. Cependant, cela permet aussi à Google d’enregistrer sur quel lien vous avez cliqué… :D Du coup, puisque seul Google sait quels mots clés vous avez recherché, peut-être que cette info est disponible dans leur outil de statistique maison GoogleAnalytics? je n’ai pas la réponse à cette question ne l’ayant jamais utilisé.

Finalement, je m’en sers juste pour mesurer la popularité de mon blog. Pas vraiment fameuse à vrai dire (400 visiteurs journaliers lorsque je ne publie pas de nouveaux articles, 2000 quand un article a du succès)

L’installation se fait vraiment rapidement si vous êtes déjà autohébergé. J’ai été surpris par sa simplicité de mise en oeuvre et je l’aurais mis en place plus tôt si j’avais su cela au lieu de perdre du temps sur des alternatives.

J'aime(5)Ferme-la !(2)

Proxy Web avec SSH

Imaginons que vous soyez sur un réseau où certains sites web sont bloqués.
Si vous avez une machine à l’extérieur et un accès SSH dessus, vous pouvez l’utiliser comme proxy.

1ère étape

Lancez la commande suivante pour créer un proxy :

$ ssh Utilisateur@MachineExterne -C -N -D 8080

Les options sont les suivantes :

  • -C : compresse la transmission pour économiser la bande passante
  • -N : n’ouvre pas de shell
  • -D : ouvre un proxy dynamique

Vous devez garder le proxy ouvert, ne fermez donc pas la console sur laquelle vous l’avez ouvert !

Cette commande fonctionne pour Linux et MacOS. Pour Windows, je vous laisse regarder du coté de Putty.

2eme étape

Configurez ensuite votre navigateur pour pour rediriger le flux TCP et DNS vers le proxy :
proxyN’oubliez pas de cocher la case « DNS distant ». Et voila !

Vous avez en plus changé d’IP sur Internet. Vous utilisez désormais celle du serveur proxy.

J'aime(4)Ferme-la !(0)