La Russie veut surveiller ses élèves sur Internet

Le ministère russe de l’Education a mis en ligne un projet de loi sur la protection antiterroriste des écoles qui propose la surveillance sur internet des élèves, suscitant des protestations dans la communauté enseignante. Selon le texte, les responsables des lycées et universités russes doivent « analyser les sites personnels des élèves et du personnel » et constituer des dossiers sur ceux « qui ont tendance à enfreindre les règles ».

Le projet de loi indique qu’il leur revient aussi de « surveiller en permanence internet » afin de collecter des données sur « les activités terroristes » dans leur région. Toute information sur le comportement inhabituel d’un élève devra être transmise au FSB (service fédéral de sécurité, ex-KGB) ou au ministère de l’Intérieur, précise le projet de loi.

Au lendemain de sa mise en ligne sur le site du gouvernement, le projet a suscité vendredi des réactions de la communauté enseignante. « Il s’agit soit d’une absurdité bureaucratique, soit plus probablement d’une tentative de mettre sous surveillance les élèves et les enseignants qui n’approuvent pas le pouvoir actuel », s’est indigné Andreï Demidov, responsable d’un syndicat d’enseignants, cité par le quotidien en ligne gazeta.ru.

Source : AFP/RTL

Et ça provient d’une « démocratie » qui ni n’est pire (on a refusé l’asile à Snowden en France hein! pas la Russie) ni meilleure que le nôtre. Nos politiciens français pourraient vraisemblablement proposer la même chose que ça ne les choquerait même pas. La démocratie passe par la liberté d’opinion, qui nécessite la liberté de penser et discuter, qui nécessite une protection contre la censure et la répression qu’appliqueraient le pouvoir en place pour contrer l’expression de ces pensées, ce qui implique de pouvoir discuter entre citoyens tout en gardant un anonymat vis à vis du pouvoir politique.

Request Policy

« Request Policy » est une extension pour le navigateur web Firefox qui bloque les requêtes inter-domaines.

Le tracking de la vie privée des internautes passe majoritairement par les informations envoyées lors de requetes inter-sites.

Exemple simple: Je visite une page web qui intègre au choix:

  • une vidéo Youtube
  • une police d’écriture évoluée par l’API GoogleFont
  • un bouton j’aime Facebook
  • un script de statistique Google Analytics

Dans chaque cas, une requête est envoyée au service externe. Cette requête contient votre IP, diverses informations sur votre matériel (version du navigateur, OS) l’adresse web de la page que vous consultez, un cookie vous identifiant personnellement (sous couvert de stocker vos préférences) et si la requête mène à un script peut être encore d’autres infos.

Vous pouvez désactiver l’envoi du cookie dans les préférences de Firefox (« ne jamais accepter les cookies tiers ») mais pour le reste, vous êtes la proie du tracking de ces services.

Il est aisé de pour Facebook ou Google de dresser la liste de la grande majorité de sites que vous avez visité aujourd’hui.

Un bon moyen d’empêcher cela est de bloquer les requêtes inutiles vers des sites externes. Ce que fait Request Policy

Vous pouvez bien sûr autoriser au cas par cas les requêtes externes pour afficher les vidéos intégrées, fonts, etc.. quand vous le voulez.

Quand aux webmasters, soyez respectueux de la vie privée de vos lecteurs et réduiser au maximum les requêtes vers les sites externes connus pour avoir le tracking des utilisateurs comme coeur de métier (Disqus, Facebook, Google, etc..)

.bzh l’extension web de la bretagne

Les premiers noms de domaine en .BZH (qui signifie bien sûr « Breizh », qui veut dire Bretagne en breton), seront accessibles à partir de la fin du mois de juin 2014.

Un accord a été signé entre l’ICANN et l’association www.bzh, qui aura en charge la gestion du registre .BZH, en lien avec l’AFNIC qui gère les domaines français.

Je me demande quand même à quoi ca va ressembler à part devenir une extension de mode comme le « .sexy »

Et ça continue encore et encore…


Le journal allemand Bild a révélé le 23/02/2014 que 320 haut fonctionnaires allemands étaient toujours espionnés par la NSA par des agents basés en Allemagne.
Le journal allemeand DeSpiegel a révéle le 27/10/2013 que Angela Merkel était espionnée depuis 2002 ! Même Obama le savait depuis 2010 et a bien sûr continué à profiter de cette position.

C’est quelque chose d’incroyable dans des relations diplomatiques entre états. Difficile d’imaginer qu’il en soit différent pour la France, étant donné que même Closer peut espionner notre président :D

Mais ce qui me choque le plus, c’est la non réaction de la classe au pouvoir. Aucune réponse ! Rien ! Nada !

Voici un bon dossier de rappel sur toutes les révélations de Snowden pour vous raffraichir la mémoire.

Facebook et WhatsApp

A mon avis, les raisons du rachat de WhatsApp sont :

  • Tuer la concurrence pour éviter une guerre qui serait coûteuse pour Facebook. Oui, l’économie de la concurrence c’est uniquement dans les livres.
  • Dans moins de 5 ans, la majorité des communications basculera du système local classique (téléphone/SMS) vers le système Internet (VoIP, messagerie instantanée). Du coup, il faudra bien remplacer l’identifiant unique qu’est le numéro de téléphone par autre chose pour joindre son correspondant. Le service qui détiendra la gestion de cet identifiant unique sera dans une position de force incroyable. Facebook pourrait miser sur sa base de profils déjà établie et WhatsApp permettrait de basculer les gens du réseau classique au réseau Facebook. Google est pré-installé sur la majorité des smartphones à travers Android et pourrait d’un clic permettre appeler d’un compte Google à un autre.
  • Toucher une base d’utilisateur plus large. Tout comme Instagram, les données de WhatsApp finiront dans les bots de Facebook pour profiler votre comportement au plus près (pour la NSA et pour la publicité). Plus le taux de corrélation des données est grand, plus les données sont précises prennent de la valeur. De plus cela permet à Facebook d’afficher d’afficher et monétiser des publicités dans plus d’endroits. La aussi une guerre s’opère pour être la régie publicitaire du monde.

 

Yahoo délocalise vos données personnelles

La protection de la vie privée est trop contraignante en France, pas de problème pour Yahoo qui délocalise ses serveurs en Irlande.

Concrètement, Yahoo ne respectera plus la loi française sur la protection des données personnelles, mais la loi irlandaise. Yahoo EMEA remplace Yahoo! France SAS en tant que responsable de traitement des données personnelles des utilisateurs français, et sa placera sous le régime irlandais de la protection de la vie privée, qui reste basé sur la Directive européenne relative à la protection des données personnelles.

La principale conséquence devrait être que la CNIL, qui vient de sanctionner Google France, ne pourra pas sanctionner Yahoo. Ce qui pourrait devenir problématique si les sanctions sont alourdies.

Universalité du net

Une bonne vidéo de Jeremy Zimmermann.

Je résume ici quelques arguments qui m’ont frappé:

- Parler d’Universalité du Net plutôt que de Neutralité du Net. Cela veut dire un accès égal à tous.

- La surveillance de masse jusqu’aux moindre recoins de ce qui vous entoure (enregistrement des déplacements, des mails privés, des coups de téléphones, de vos notes persos, bientôt votre santé, etc…) viole votre intimité. Même si vous n’avez rien à cacher, vous savez que tout ce que vous pensez tout bas sur vos notes, les gens que vous voyez, ce que vous évoquez tout bas à vos amis, le sport que vous ne faites pas est enregistré et pourra être retourné un jour contre vous. C’est la liberté de conscience qui est atteinte. Il n’y a plus d’intimité personnelle avec la surveillance de masse.

- Le coût de la surveillance de masse est grand, le coût du secret de masse est grand également (protéger un crime d’état par exemple). Si on élève ces coûts en chiffrant nos données et en révélant les secrets les moins bien gardés, ils deviendront intolérable pour l’économie de nos gouvernements qui feront machine arrière. Quelle société voudrait et pourrait payer un flic dans le dos de chaque citoyen?

- Si vous ne voulez pas asservir un tant soi peu la technologie à votre volonté (logiciels libre) ce sont les maîtres de ces technologies qui vous asserviront (Apple)

- La surveillance de masse n’a aucun impact avéré sur le terrorisme (pourtant le crédo utilisé dans 100% des cas pour la justifier). Cependant il est utilisé pour l’espionnage politique (téléphone de la chancelière allemande, ordinateur personnel de la présidente du Brésil) et économique (employés de Petrobras, lignes Alcatel/Wanadoo/Belgacom sur écoute), ce qui est intolérable et crée une asymétrie de pouvoir des surveillants sur les surveillés.

- Les données privées seront utilisées pour faire pression contre vous. Google sait quelque chose sur votre privée que vous ne voudriez pas que votre patron, copine,etc.. sache. Quelqu’un ayant ces infos peut donc faire pression sur vous un jour ou l’autre si vous ne voulez pas que ce soit révélé.

- Lorsque l’on livre ses données personnelles à un cloud espionné par la NSA (Google, Facebook, Microsoft) cela engage notre vie mais aussi celles de nos amis (nos photos contiennent aussi le visage de nos amis, les mails contiennent aussi les messages de nos amis, notre carnet de contact contient aussi les coordonnées de nos amis) et ces amis n’ont pas forcément envie de se voir ficher. Pensez-y.